NORTHERN TERRITORY

D COMME DARWIN, OU COMME DECEPTION

2 juin 2015

Darwin est la capitale de l’état  du Northern Territory, mais reste cependant une ville à taille humaine, avec environ 130 000 habitants, ce qui représente tout de même plus de la moitié du désertique NT.

En prévoyant notre roadtrip, nous n’avions pas estimé que Darwin faisait partie de notre Wish List obligatoire, au contraire d’autres capitales comme Melbourne ou Adelaide notamment.

Cependant, nous avions lu que Darwin pouvait être une alternative efficace en matière de recherche d’emploi, étant donné que la ville est très isolée du reste du continent, et qu’elle n’est donc jamais un lieu de passage entre deux villes, ces lieux où tout le monde cherche du travail « en attendant » de repartir. À Darwin, rien de tout çà, la ville est une capitale et constitue le seul pôle d’emploi avec Katherine dans le NT, et semblait proposer du boulot dans la restauration, l’hôtellerie, le bâtiment, le commerce…

Et comme les billets pour Bali étaient à un prix plus qu’abordable au départ de Darwin, nous avons fait d’une pierre deux coups, en profitant de notre vol pour visiter Darwin et y chercher du travail pour pouvoir continuer sans trop de problèmes notre roadtrip.

Mais en découvrant Darwin, nous avons été déçus, alors peut être n’étions nous pas dans un état d’esprit enthousiaste après les 15 jours à Bali, mais en tous les cas nous n’avons personnellement pas aimé la ville et ses caractéristiques.

La météo d’abord, nous le savions mais entre le savoir et le vivre… Chaud, CHAUD, non BRULANT. Sans interruption, une chaleur étouffante, désagréable, qui nous fait penser sur le coup à la chaleur des Emirats Arabes Unis. Quelques minutes à l’extérieur après notre douche sont suffisantes pour nous donner envie de nous doucher à nouveau.

La nuit, c’est infernal, les mouches et les moustiques sont copains avec le NT, et les derniers cités se font un malin plaisir à profiter de la moindre erreur de votre part pour gâcher votre nuit. « J’ai oublié le sel dans la voiture » « N’ALLUMES PAS POUR LE TROUVER NOOOOOON » Trop tard, 6 heures de sommeil viennent de s’envoler en 4 secondes.

Seule solution, dormir les portes fermées, les fenêtres ouvertes et moustiquairées. C’est un peu comme faire chauffer un micro-ondes et dormir à l’intérieur. Drôle d’image, mais c’est un peu notre ressenti tous les soirs. Le seul avantage de Darwin, c’est que c’est la seule ville où nous n’avons pas de buée sur la voiture le matin, forcément il fait chaud dedans et chaud dehors, aucun choc de température, en voilà un de bon point !

Hormis le temps et les moustiques, qui sont de l’ordre du naturel, la ville de Darwin a eu la bonne idée depuis plusieurs années, de faire la chasse aux backpackers la nuit, avec à la prime, si vous êtes pris en train de voler, heu non pardon, boire, heu non pardon, agresser, heu non pardon, DORMIR dans votre voiture, une amende de 135$ par laron, rien que ça.

Vous achetez une voiture, un van, ou peu importe, par cet achat vous investissez votre argent, vous payez la Rego, l’assurance obligatoire dans le NSW, vous paierez la pink slip, la green slip, la black slip et tout ce qu’on vous demandera encore de payer, mais par contre vous ne pouvez pas vous mettre dans un coin et dormir dans votre voiture.

Au lieu de çà, vous pouvez payer un backpack, à 35$ la nuit pour un dortoir de 4 à 6, ou un camping, même prix et ceux de Darwin même sont chers et apparemment très mal entretenus, un hôtel, 120$ la nuit, ou quitter Darwin tous les soirs et faire 40kms et revenir le lendemain matin.

Dormir dans sa voiture est interdit presque partout dans les grandes villes australiennes certes, mais quand vous ne dérangez personne, que vous n’êtes pas dans des zones trop touristiques, que vous ne vous installez pas, que vous partez tôt le matin, et que vous vous servez des douches et des toilettes publiques, vous n’êtes pas inquiétés, au pire vous êtes réveillés et priés de quitter les lieux, mais à Darwin, les rangers alignent « on the spot » c’est à dire sur le champ, avec prise du numéro de passeport… De quoi inquiéter les insouciants.

Les premiers soirs, grâce à des français rencontrés à la bibliothèque de la ville, nous dormons sur un terrain vague vers Casuarina, non loin de l’aéroport, rien autour de nous, pas un voisin à déranger, pas de touristes, que des avions qui vont et viennent au dessus de nos têtes. On y est bien, et on ne dérange personne, nous trouvons même que tous les backpackers présents, font l’effort de ne pas pourrir l’endroit, ce qui est une bonne chose, en comparaison de Melbourne où certains backpackers se comportaient vraiment comme des bogans, musique à fond et ordures partout.

Et pourtant, en revenant de nos deux semaines d’idylle à Bali, 23h, prêts à dormir, nous tombons sur un panneau à l’entrée de la route en terre, chemin interdit à l’overnight camping, amendes appliquées sur le champ. La ville n’avait aucune, je dis bien aucune, raison valable, de fermer cet accès, les parkings de plage, les rues passantes, les parcs, passe encore, mais les terrains vagues n’appartenant à personne… Nous ne sommes pas restés assez longtemps à Darwin pour en comprendre le fonctionnement, mais le lobby du tourisme semble avoir son mot à dire dans tout çà, celui-même qui avait refusé le projet du maire de créer des super-cheap hostels.

Dès lors, pendant nos jours de recherche d’emploi, nous devons nous cacher pour dormir, car nous refusons le principe de donner de l’argent à la ville dans laquelle nous cherchons du travail tant que nous n’avons pas de travail. Nous faisons un apport, de main d’œuvre, à l’économie de la ville, il va de soi que tant que le flux d’argent ne sera pas entrant, il ne sera pas non plus sortant. Pas de boulot, pas de backpack, tant pis pour nous surement, mais tant pis pour eux aussi, car bon nombre de backpackers que nous croisons, quittent la ville au bout de quelques jours, sans même avoir cherché un boulot, lassés de devoir se cacher chaque soir pour dormir.

Sunset à Darwin

Sunset à Darwin

La ville gagnerait à fournir un espace de transition aux backpackers en recherche d’emploi. Installation de toilettes sèches et de poubelles, et délivrance d’un permis de 7 à 10 jours du Council par véhicule, qui permettrait de dormir sereinement les premiers jours, de chercher un emploi de manière productive, et de se loger de manière payante une fois les revenus entrants assurés. Pas la panacée, juste un minimum.

Nous dormons dans un parking à Casuarina Square une fois, puis dans une impasse plutôt calme et isolée une autre fois, à 5h, nous voyons que l’entreprise de taxis, qui ne reçoit donc aucun client sur les lieux même de son siège social, envoie des salariés toutes les 5 minutes pour vérifier que quelqu’un dort dans la voiture. Nous quittons les lieux, exaspérés par cette tendance à la délation que nous avions déjà vécu dans l’hunter valley et en Tasmanie.

Niveau boulot, on ne semble pas être dans la bonne saison, les emplois sont plutôt pendant le Dry… ca tombe bien, on ne comptait pas rester.

On trouve quand même 2-3 spots sympatiques à Darwin, le Lealyn recreation park, un parc avec douches, barbecues, piscines et toboggans, le tout totalement gratuit (comme quoi la ville ne manque pas de budget pour 1 WC et 3 misérables poubelles), Mindill beach, avec un coucher de soleil absolument superbe, et enfin le Wharf et l’Esplanade, qui valent un coup d’œil mais pas vraiment le détour, nos corniches et ports français sont au dessus sans hésitation.  Le Mall est fade et le centre ville sans intérêt…

Sunset à Mindil Beach

Sunset à Mindil Beach

Sans regrets car nous avions notre avion (tournure de phrase loquace) à Darwin, mais si nous devions refaire un choix, nous ne roulerions pas jusque Darwin. C’est à vrai dire notre vraie déception en 6 mois de route, il en faut de temps en temps, ca fait partie du voyage.

Alors maintenant, direction le Queensland, en cherchant du boulot sur la route, on sait jamais, le hasard fait parfois bien les choses !

Les Amoureux Voyageux.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply AL 13 juin 2015 at 6 h 01 min

    bel article pas fastoche quand meme. et nous avions notre avions 🙂 jean val jean humoriste 🙂 take care.

  • Laisser un commentaire