PARIS BONNES ADRESSES

La Felicita de Big Mamma

La success story de Big Mamma est déjà tellement connue qu’on va essayer de faire court. Créé par deux collègues, Big Mamma est aujourd’hui un petit empire de 5 restaurants italiens (6 bientôt avec Felicita) réputés pour leurs décorations, leurs plats faits maison et aussi pour leurs files d’attente interminables.

Xavier Niel, fondateur de Free, a senti la bonne affaire, et a investi dans le capital de Big Mamma. Alors, quand le même Xavier Niel a créé la station F, un gigantesque incubateur de start ups, il a imaginé avec Big Mamma, un concept innovant, qui serait un impressionnant espace de 4500m2, 1500 couverts, avec plusieurs stands qui permettraient à chacun de se balader pour commander sa pizza, son pain, ses pâtes, ses burgers!

La Felicita, fais comme chez toi, 24/24 !

A La Felicita, il n’y a pas de serveurs à proprement parler, vous vous installez dehors ou dedans, sur une petite ou très grande table, puis vous vous levez et allez commander et payer votre boisson au bar, puis votre pizza au niveau du four à bois, votre dessert à la boulangerie etc, et vous revenez à votre table pour retrouver vos collègues.

Sur place, pas moins de 7 stands pour vous régaler :

– Panifico : Boulangerie, foccacias, salades, panini, assiettes d’antipasti et desserts

– Griglia : Le grill, viandes en tout genre dans un mega barbecue

– Pizzeria : On vous apprend rien vous avez compris ce qu’on y trouve,  le four à bois est à l’exterieur et ca c’est quand meme très cool !

– Sexy Burger : C’est simple à comprendre, mais c’est étonnant de voir le burger proposé chez Big Mamma, une première !

– Birra & Cocktail Bar : Les boissons, évidemment !

– Caffeteria : Thés, Cafés, Jus frais, petites viennoiseries aussi

Il y aura aussi sur place un espace concert, une mezzanine, une bibliotheque, et une vinothèque !

Une partie de Felicita sera ouverte 24/24, rien que ca…

Tu manges ce que tu veux, dans le décor que tu veux

Si l’espace ouvrira au public le 24 Mai, nous avons profité du soft opening pour découvrir le lieu et nous faire un avis.

On y accède par le métro Francois Mitterand ou Chevaleret (comptez 5-10 minutes de marche), et on arrive au niveau de la terrasse, le barbecue d’un coté et le four à pizza de l’autre posent directement l’ambiance, ici on kiffe la vie !

Quand on rentre, il faut se faire rapidement au fait que nous sommes dans un hall très haut, avec donc pas mal de bruit, mais pour avoir mangé à l’intérieur, on oublie vite ce détail.

Tout est superbe, on retrouve différentes ambiances, tant au niveau des stands que des tables, il y a des espaces qui ressemblent à des brasseries, d’autres à des cantines, à des terrasses d’été, pris tout ensemble ça n’a pas vraiment de sens, mais c’est certainement la volonté, de pouvoir choisir ce qu’on mange, mais de pouvoir aussi dans quelle ambiance on le mange, en tête à tête au milieu de deux wagons désaffectés, dans des transats (si si), à une grande table en bois en famille, ou entre potes en face du stand à burgers, bref c’est comme toujours un sans faute coté déco et ambiance, on a l’habitude, notamment du coté de Pink Mamma.

Soft Opening, du projet à la réalité…

Nous sommes conscients du principe du soft opening, et toutes les remarques que nous allons faire ont été faites au restaurant en amont, pour leur permettre de s’améliorer et de proposer un endroit au top rapidement, car franchement, quand on voit l’endroit, c’est impossible que cet endroit ne devienne pas très rapidement l’un des endroits où venir entre copaings pendant l’été.

Dans la pratique, en arrivant à 19h, il y a déjà de la queue à chacun des stands. Nous avons fait le tour, et à 19h30 nous avons posé nos affaires à une table.

Les tables sont en accès libre, et chacun veut aller se balader pour commander ses plats, alors on met nos manteaux sur les chaises, pour « garder » la place, mais on est obligés de prendre toutes nos affaires avec nous pour aller faire la queue. C’est surement nous qui avons pris le pb dans le mauvais sens, d’abord tu commandes, ensuite tu t’assieds !

Nous voulions une focaccia, deux plats de pates, et une boisson, il a donc fallu faire la queue pour les boissons, la queue (15 mns) juste pour la foccacia à la boulangerie, et la queue à la trattoria pour les pâtes.

Quand on fait la queue devant pink mamma, à la limite on est ensemble et on peut discuter, mais si je veux une pizza et que l’autre veut un plat de pâtes, on doit faire la queue chacun de notre coté, si elle est courte pas de problème, mais Claudia a attendu pas moins de 30 minutes dans la file pour les pâtes, j’en ai profité pour prendre des photos, mais si j’avais été dans la file de la pizza, on aurait perdu une heure chacun de notre coté…

Dans les semaines qui viennent, cette attente jusque la commande sera l’axe principal de travail, puisqu’une fois le produit commandé, vous recevez un bip qui vous alerte lorsque votre commande est prête, vous pouvez donc commander, rejoindre votre table et revenir chercher votre plat ensuite.

Notre focaccia était très sèche, si bien que nous avons demandé d’avoir un dessert à la place, ce qui nous a permis d’éviter de faire la queue à nouveau pour le dessert, Claudia voulait une tarte aux fraises mais a rebroussé chemin en voyant que la ligne contenait facilement 40 personnes à 21h.

Pour les plats, comme très souvent peu de fausses notes, les produits sont savoureux, le canelloni est top (8€), les pâtes sont fraiches et savoureuses (10€) et la mozarella est cremeuse, les pêches pas encore totalement de saison (8€).

Coup de cœur pour la chose la plus simple au monde, le pain, avec un peu de romarin, il était juste à tomber, il a beaucoup plu à nos voisins de table qui en avaient profité pour dévaliser les corbeilles présentes aux guichets des stands, un peu abusé…

En critiques sévères que nous sommes (en vrai pas du tout, mais on a essayé pour pouvoir faire des retours après le Soft Opening) on pourra reprocher de ne pas avoir de sel/poivre & huile d’olive sur les tables, ou des carafes d’eau à disposition, mais on a pas vraiment cherché et on a peut être loupé un espace où toutes ces petites choses seraient à la disposition de tous.

L’application de La Felicita n’a pas vraiment fonctionné pendant notre passage, mais elle pourra vous permettre plus tard de ne pas avoir à faire la queue, et donc de désengorger les files qui s’étaient allongées considérablement au moment où nous quittions les lieux, de quoi décourager les plus téméraires d’aller commander un burger ou une pizza.

En résumé, un potentiel à exploiter

Bref, on a bien mangé du coté de Felicita, on a aussi repéré sur IG des pains perdus et des pancakes tellement fats qui seront vendus en mode brunch le WE, et c’est certain qu’on reviendra.

D’ici là, on espère que les équipes auront trouvé un rythme de croisière qui permettra d’éviter de faire 1h de queue chacun de son coté, puis encore 20mns pour la boisson et encore 20 mns pour le dessert.

Quand le souci de cette attente sera réglé, alors l’endroit deviendra certainement un spot parfait pour prendre une bière avec un plateau de cochonneries, sans la vue sur Paris c’est vrai, mais dans un cadre innovant et où il fera bon vivre, que demande le peuple ?

L’aventure continue,

Les Amoureux Voyageux

 

You Might Also Like...

1 Comment

  • Reply
    Marine
    30 mai 2018 at 13 h 34 min

    Merci pour ce super article 🙂
    J’aime beaucoup les restaurants du groupe mais c’est vrai que l’attente est un peu toujours leur problème principal, j’espere qu’ils arriveront à gérer ça vite dans ce magnifique endroit 🙂

Laisser un commentaire