AMSTERDAM TRAVEL

On a testé, le voyage en bus

31 juillet 2017

Habitués du train et de l’avion, comme certainement la plupart d’entre nous, certains de nos voyages nous ont permis de tester des moyens de transports différents, tels que le ferry, le petit bateau, le jeepney ou bien encore le scooter.

En cherchant l’option parfaite pour rejoindre Amsterdam depuis Paris, nous avons réalisé que nous boudions de facon quasi automatique le recours à un moyen de transport précis : le bus.

De notre volonté de voyager en bus est née une collaboration avec Ouibus, on vous en parle à la fin de l’article.

Le bus, l’école et les inconnus

Ah le bus, allez savoir pourquoi, mais pour nous il véhiculait (elle était facile, elle est faite, on en parle plus) une image péjorative, peut être parce qu’il nous ramène à nos souvenirs lointains, prendre le bus tous les matins pour aller à l’école, devoir courir derrière le car (oui le car, Monsieur habitait loin…), s’asseoir à coté d’un allergique au déodorant ou d’une mamie qui pensait que son chien avait aussi le droit à un siège, même par temps de pluie, bref tout un tas d’images et de souvenirs qui attachaient au bus une image d’un transport qui était fait pour tout sauf pour partir en vacances.

Pourtant, la France a dernièrement pris des mesures pour encourager ce mode de transport, et si l’offre était limitée il y a quelques années, elle est aujourd’hui assez complète grâce à plusieurs opérateurs qui luttent pour acquérir les parts de marché d’un secteur plutôt prometteur. Ainsi, l’opérateur Français Ouibus, faisant partie du groupe SNCF, comme son grand frère Ouigo (trains à petits prix) se frotte principalement à la concurrence de l’allemand Flixbus et à celle de l’autre francais Islines.

Le voyage en bus deviendra-t-il in fine, aussi répandu et utilisé qu’en Amérique du Nord par exemple, ou Greyhound fait partie des institutions tant il revient cher de se déplacer dans de si larges pays autrement qu’en bus ? Pas sûr, mais en tous les cas, nous devions ne pas mourir idiots, et notre voyage à Amsterdam se prêtait parfaitement à cette première expérience.

Le bus, moins cher et plus adapté à nos contraintes calendaires

Sauf que pour aller à Amsterdam sur un coup de tête, trouver un transport « conventionnel » relevait plus de l’exploit que de l’humain.

Alors oui, on aurait du s’y prendre à l’avance, mais parfois on veut bouger sans y avoir réfléchi en amont, parce que c’est aussi ca qui est cool, même si ca ressent sur les prix. D’ailleurs, en parlant de prix, pour le WE que nous visions, pas un hôtel ou airBnb décent et bien placé à moins de 200€, véridique.

Du coup, on s’est demandé comment réduire au maximum nos coûts, et on a fait comme à l’école, on a tout écrit sur un papier.

Voyage en avion

  • Prix du Billet AR : 463 € pp arrivée le samedi à 10h à Amsterdam, départ à 18h45 le dimanche
  • Transfert de Paris jusque l’aéroport AR : 20€ pp
  • Transfert de Amsterdam jusque l’aéroport AR : 12€ pp
  • Hotel sur place le samedi : 65€ pp grand minimum pour un excentré
  • Temps passé sur place : 33h environ
  • Ratio temps passé sur place / coût : 16,50€ de l’heure (544€ au total)

Voyage en train

  • Prix du Billet AR : 257€ pp arrivée à 10h35 à Amsterdam le samedi, départ le dimanche à 18h15
  • Hotel sur place le samedi :  65€ pp grand minimum
  • Temps passé sur place : 33h environ
  • Ratio temps passé sur place / coût : 9,75 € de l’heure (322€ au total)

Voyage en bus

  • Prix du Billet AR : 90€ pp, arrivée à 5h45 le samedi à Amsterdam, départ le dimanche à 23h
  • Transfert de la gare routière jusque Amsterdam AR : 12€ pp
  • Hotel sur place le samedi : 65€ pp grand minimum
  • Temps passé sur place : 42h environ
  • Ratio temps passé sur place / coût : 3,97€ de l’heure (167€ au total) 

Plus de temps sur place, pour 2 à 3 fois moins cher qu’en transport conventionnel, en arrivant très tôt le matin pour profiter au maximum, et en repartant très tard le soir pour à nouveau profiter la ville.

Voilà donc pour les calculs, qui étaient tellement parlants qu’on ne pouvait qu’hésiter.

Ouibus, se raccrocher à ses certitudes.

Au moment de choisir, nous n’avons pas constaté d’énorme différence quant aux prix entre les différents acteurs du marché, même si pour certains horaires, les prix étaient plus forts, en raison d’une demande plus élevée, l’offre et la demande.

Allez savoir si tout le monde réagit de la même façon, mais pour nous, face à une vraie inconnue, nous avons souvent tendance à nous raccrocher à des petites choses qui nous rassurent. En l’occurrence dans cette situation, le fait d’avoir dans les options, une compagnie propriété de la SNCF, nous a donné confiance en le fait notamment, que si les choses se passaient mal, nous aurions à faire à un SAV en francais, avec des leviers plus facilement actionnables… difficile de savoir si nous avons raison ou non sur le principe, mais le fait de choisir une entreprise dont on avait vu des publicités à la télé, et dont la langue principale était notre langue natale a été déterminant dans notre choix, au même titre que les horaires, qui pour ces dates et ces destinations, correspondaient le plus à nos souhaits de partir de nuit et arriver tôt le matin à l’aller comme au retour, et le plus proche possible de Paris centre et d’Amsterdam centre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et dans les faits, que s’est il passé ?

Au final nous avons réservé chez Ouibus deux billets AR, avec un départ le vendredi soir de Paris Bercy à 23h pour une arrivée à 5h45 à Amsterdam Sloterdjik, puis un départ le dimanche soir de Amsterdam Sloterdjik à 23h pour une arrivée à 5h45 à Paris Bercy.

Nous recommandons l’installation de l’application Ouibus, qui permet avec la référence des billets, de les avoir à disposition sur l’app (une copie des billets en rescue ne sera pas de trop, avoir encore de la batterie à 23h n’est pas toujours facile), laquelle permet également de vérifier les bagages autorisés et que l’horaire de votre bus est respecté.

Toujours trop prévoyants, nous arrivons à Paris Bercy à 22h30, après avoir suivi depuis le métro, les petits panneaux Ouibus qui indiquent la direction à prendre pour arriver à la gare, pour faire simple les bus sont juste devant la gare sncf de Bercy. A 22h45, le bus pour Amsterdam arrive, problème, deux bus partent à Amsterdam, un à 23h, l’autre à 23h15, le chauffeur enjoint les voyageurs à consulter leurs numéros de bus pour se diriger soit vers l’un soit vers l’autre bus. Si en bons élèves nous repérons le bus, tout le monde n’est pas aussi discipliné et une petite confusion s’installe, mais tout rentre rapidement dans l’ordre.

En pratique, un voyageur peut prendre avec lui 2 bagages en soute et 2 bagages à main, mais en pratique presque personne n’avait autant de bagages. Nous attendons le dernier moment que les coffres se ferment, après avoir vécu quelques péripéties dans d’autres pays vis-à-vis des vols dans les bagages, puis montons à bord d’un bus tout confort, les sièges sont assez larges, le fait que le siège devant vous se baisse ne vous empêche pas de bouger vos jambes, vous disposez d’une prise électrique pour 2 sièges et d’un port USB chacun et du wifi gratuit pendant toute la durée du trajet, c’est étonnant de voir que Ouibus est capable de faire ce que nous aimerions que la SNCF fasse depuis des années…

Le chauffeur nous annonce une pause de 30 mns au milieu du trajet, et nous souhaite bonne route. L’appréhension de certains avant de voyager en bus est liée au fait qu’un train ou un avion sont moins exposés à des risques extérieurs, au contraire du bus qui partage son espace, de nuit, avec d’autres utilisateurs, touristes, fêtards et autres usages plus classiques.

Rassurez vous, tout s’est superbement bien passé, un siège incliné n’est bien évidemment pas un lit king size, et il faut accepter cette idée dès que vous reservez un bus de nuit, mais la nuit est passée vite et nous sommes arrivés avec 10 minutes d’avance à Amsterdam, avons sauté dans le premier train pour arriver, un arrêt et 10 mns plus tard à Centraal Amsterdam, Samedi matin 5h45, avec la ville déserte pour seul terrain de jeu.

Si le bus de l’aller était plein, le bus du retour beaucoup moins, et à l’expérience, en mode backpackers malins, comme dans les bateaux philippins ou les backpacks australiens, nous avons réussi à occuper chacun deux places pour pouvoir s’allonger encore mieux et arriver à Paris requinqués.

Malheureusement, un groupe de voyageurs, parce que 2 de leurs amis n’étaient pas encore arrivés, a fait exprès de sortir du bus, de mettre du temps à rentrer leurs bagages, de poser des questions complètement inutiles, le temps que leurs amis arrivent, il fallait le voir pour le croire, on se serait cru au théâtre. Au final nous sommes partis avec 25 minutes de retard, et sommes arrivés avec 1h de retard à Paris, les aléas de la route étant parfois plus incertains que les aléas de l’espace aérien ou du réseau ferroviaire.

Sachez le, le bus, comme tous les autres moyens de transports, peut possiblement connaitre des retards, donc si comme nous vous travaillez le lundi matin et souhaitaient rentrer le même lundi matin puis aller au travail, prenez une marge d’un bus, nous aurions pu prendre le bus qui arrivait à 6h30 et être à l’heure à nos boulots, mais on a préféré prendre celui de 5h45, qui est au final arrivé à 6h45, sans que cela ait d’impact sur nos responsabilités pro, tout simplement parce que l’anticipation est la clé des voyages en général, tant au niveau des transports que des transitions, des contenus des journées etc… à bon entendeur, voyez large, le flux tendu dans les transports est une très mauvaise idée.

En résumé, nous avons tout gagné à emprunter le bus pour aller voir la jolie Amsterdam, et nous pouvons dire sans hésiter que nous repartirons en bus si nous estimons que nous sommes gagnants financièrement et en termes d’organisation de notre week end comme cela a pu etre le cas pour Amsterdam. Celaa pourra être avec Ouibus, avec qui nous avons vécu une très bonne expérience, comme avec un autre opérateur si les services, les prix, et les horaires sont au RDV puisque la concurrence a d’intéressant qu’elle multiplie l’offre pour le consommateur et force les entreprises à offrir des services de qualité, choisissez donc en fonction de votre besoin et des offres qui vous seront proposées. Nous n’avons pas testé les autres compagnies de bus, donc nous ne pouvons malheureusement pas vous faire de retour d’expériences sur leurs services.

Une très bonne première expérience qui en emmènera d’autres, c’est certain, à vous de franchir le cap !

Pour que vous ayez tous les éléments en main, et parce que c’est ainsi que nous fonctionnons, voici la situation. Après avoir choisi ouibus pour les raisons évoquées plus haut, nous avons contacté le groupe pour leur évoquer notre projet d’article, en demandant si nous pourrions bénéficier d’une réduction quelconque au titre de la visibilité que nous offririons par notre article à Ouibus. Ouibus nous a répondu et a adhéré à l’idée, et nous a offert l’aller retour, en adhérant tout à fait à l’idée que nous dirions avec transparence ce que nous avions pensé de notre voyage, car l’idée ici n’est pas de faire la promotion de Ouibus mais plutôt de faire un retour d’expérience de notre premier voyage en bus. Nous n’avons pas été rémunérés mais avons bénéficié de la gratuité du voyage pour en parler librement ensuite.

L’aventure continue !

Les Amoureux Voyageux

 

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Elodie Trcz 1 août 2017 at 14 h 45 min

    J’ai testé pour aller à Amsterdam, et juste parfait pour un tout petit prix !
    J’adore !

  • Reply prosper 1 août 2017 at 20 h 33 min

    intéressant, merci pour votre retour sur ce voyage .

  • Reply Koalatagada 12 août 2017 at 0 h 26 min

    Merci pour se petit résumé de ce que je vais vivre le 1 er septembre 🙂

  • Laisser un commentaire