AFRIQUE DU SUD

Ukutula, à la rencontre des lions

Avant de quitter l’Afrique du Sud, nous avons choisi de découvrir l’Ukutula Lodge & Game Reserve, le temps d’une demi-journée.

Ukutula se trouve à environ 1h30 de voiture de Joburg, avec un itinéraire fait de 95% de route goudronnée, et de 5% restants de dirt roat très correcte qui permet de rejoindre Ukutula depuis l’entrée de la réserve.

Pour nous rendre sur place, nous avons utilisé notre voiture de location SIXT, mais un transfert payant (55€ par personne) est possible, tant pour les activités du matin que pour celles de l’après-midi. Franchement, une location de voiture pour un jour coûte 25€ (attention au KM illimité, vérifiez que l’option est inclue même pour un jour), et vous permettra de faire la route par vous-même et de vous arrêter où vous voulez en repartant, le calcul est vite fait, prenez juste avec vous un GPS hors ligne de type maps.me, and voilà !

Un centre de recherches pour la survie des espèces

Ukutula est un centre de recherches qui lutte pour permettre la naissance de lions sains et non atteints d’une maladie qui touche aujourd’hui une majorité des animaux sud-africains, et notamment une très grande partie des animaux de l’emblématique Kruger.

Si aujourd’hui Ukutula a priorisé les lions, le centre de recherches tente aussi de faire des études sur d’autres animaux, parmi lesquels les éléphants.

Il y a quelques années, les travaux se faisaient dans des conditions précaires, mais le centre a su grandir (l’intégralité des revenus liés aux activités sont injectés dans les investissements pour la R&D, de locaux notamment) pour pouvoir à ce jour bénéficier :

– D’une salle d’opération (qui sera entièrement stérile dans quelques mois)

– D’un laboratoire indépendant (très important étant donné la distance qui sépare Ukutula de la première université autour)

– D’une salle spécialement consacrée à la conservation d’échantillons, dont certains de spermatozoïdes d’animaux sains, qui pourront être utiles rapidement eu égard au fait que les lions sains soient de plus en plus rares.

Après des dizaines d’essais infructueux, Ukutula est devenu le premier centre de recherche à voir naître deux lionceaux issus d’une insémination artificielle d’une lionne saine par des spermatozoïdes d’un lion sain. Nous avons été extrêmement chanceux de pouvoir partager la compagnie d’Isabella et de Victor, les deux lionceaux de 6 semaines, pendant quelques minutes, on vous en parle en fin d’article.

Des enclos aussi troublants que nécessaires ?

En toute honnêteté, nous avons longtemps hésité à visiter Ukutula. Le but de recherche et surtout de protection de l’espèce saine sous-entend pour le centre, de protéger cette espèce des risques extérieurs de contamination. Pour éviter que les lions ne mangent des bovins qui seraient porteurs de la maladie, ceux-ci sont conservés dans des enclos.

Nous avions programmé la visite d’Ukutula le dernier jour de notre roadtrip en Afrique du Sud, en nous disant que si après le safari, nous ne souhaitions finalement plus aller à Ukutula, nous annulerions.

En notre âme et conscience, nous avons finalement fait le choix de découvrir Ukutula, car nous avions envie de découvrir le programme et les animaux sur place, pour pouvoir nous faire notre propre opinion.

Sur place, plusieurs activités pour découvrir Ukutula et ses animaux

Si vous souhaitez participer à une activité, vous n’êtes pas obligés de rester dormir sur place, mais sachez que l’établissement propose également des chambres au sein de leur lodge, comptez environ 130€ par nuit pour une chambre de 2/3 personnes, sans les activités évidemment, qui sont en sus de ce prix.

Nous n’avons pas fait le choix du Lodge, mais plutôt d’une nuit près de l’aéroport d’où nous arrivions depuis Cape Town la veille au soir. Nous avons ensuite pris la route assez tôt pour être de l’activité du matin.

Plusieurs activités sont proposées sur place.

 

1 – Game Drive dans la réserve (entre 14 et 18€ par personne)

Vous grimpez à bord d’un 4×4 et un guide vous fait découvrir les animaux sauvages de la réserve pendant 1h, pour un prix de 14€ par personne pour un drive de jour, et de 18€ par personne pour un drive de nuit.

2- Guided Bush Walk with lions (55€ par personne)

Pendant 1h, 3 guides vous encadrent et vous permettent de marcher avec lions, de les voir évoluer dans la réserve, tout en vous donnant des explications sur la vie des lions, sur le principe des meutes et des super meutes, ainsi que sur l’utilité de la réserve vis-à-vis de la protection de l’espèce.

NB : Les enfants ou personnes en dessous de 1m50 ne sont pas autorisés à participer à cette activité, car ils apparaissent aux yeux des félins comme les plus faibles du groupe et peuvent rapidement devenir les proies de la meute.

3- Guided Predator tour & Interaction (45€ par personne)

Pendant 2h, une membre du staff va vous présenter Ukutula, sa volonté de protéger et de pérenniser les différentes espèces animales en Afrique du Sud, vous faire découvrir les installations sanitaires des équipes médicale et de recherche, ainsi que vous expliquer les différentes parties du laboratoire d’Ukutula.

Ensuite, ce membre vous présentera les différents animaux de la réserve, avant de vous présenter aux nouveaux nés d’Ukutula, en l’occurrence des bébés hyenes, lions et tigres.

Pack activité Bush Walk et Predator tour (75€ par personne)

Ce pack regroupe les activités 2 et 3 décrites ci-dessus, et vous permet de payer un peu moins cher en groupant les 2 activités. Les sessions commencent à 8h ou 14h

 

Notre avis sur les activités, un sentiment mitigé

Nous avons choisi de ne pas faire de game drive, car nous avions déjà vécu de superbes games drives à Jacis et que nous aurions sans doute été déçus à Ukutula, qui n’est pas une réserve comme Madikwe ou Kruger.

Nous avons opté pour le pack activité avec le Bush Walk et le Predator tour. Si le pack est proposé le matin et l’après midi (8h ou 14h), notre choix du matin pour éviter les foules et notamment les grands groupes de touristes a été payant, puisque nous étions 6 personnes en tout pendant les deux activités, ce qui rend l’expérience franchement confidentielle.

Nous sommes arrivés à 9h, et au total, les deux activités auront duré 3h30, sans compter la pause thé café scone. Au final, nous avons été libérés à 13h30.

Le Bush Walk, double déception, sur l’activité et sur notre crédulité coupable

La journée a commencé très rapidement et sans vraiment d’introduction par le bush walk avec les lions, qui aura été une énorme déception, et en même temps, en y repensant, on se dit qu’on ne pouvait pas attendre plus de cette activité que ce qui nous a été proposé sur place, les torts sont presque partagés. 3 guides partent avec vous, puis après quelques consignes rapides (rester groupés, ne pas laisser le lion dans son dos, ne pas se mettre accroupis…) libèrent des lions et lionnes de leurs enclos pour venir marcher avec vous. Pour garder les lions proches d’eux, les guides jettent de la nourriture régulièrement autour de nous, absolument rien de naturel donc. Puis ils rapprochent les lions et vous demandent si vous voulez des photos quand vous marchez avec eux, on a dit non parce qu’on trouvait ca absurde, presque aussi absurde que d’avoir pu pensé à un moment donné que c’était avec des lions de la réserve qui ne feraient pas partie du programme et ne seraient donc pas en cage que nous allions marcher, c’est évidemment impossible.

En vérité, parmi les lions sains qui sont conservés à Ukutula, certains sont choisis pour devenir des lions qui feront les marches avec les visiteurs, et sont éduqués pour assimiler les gens à des membres de leur meute, ou tout au moins à comprendre qu’à condition d’être calmes pendant la marche, ils seront récompensés de nourriture pendant 1 heure…

Toute la démarche perd de son sens à ce moment là, et nous ne savons plus vraiment qui de la poule ou de l’œuf est arrivé en premier, le centre de recherche n’est il finalement qu’un pretexte pour avoir des lions en captivité, ou bien la marche avec les lions est il moyen de faire fructifier les ressources pour continuer les recherches ? Difficile à dire, même si l’activité suivante allait nous convaincre du bien fondé d’Ukutula, au moins à notre avis.

Alors voilà, on a pas aimé du tout, les lions de marche sont séparés des lions purement liés à la recherche, et sont assignés à cette tâche depuis leur arrivée au centre, en plus évidemment de leur importance dans les recherches en tant que lions sains, et à part pour rapporter de l’argent à Ukutula et leur permettre d’élargir leurs recherches ou d’augmenter leurs ressources, on n’a pas compris le sens de cette activité, que logiquement nous ne conseillerons pas à ceux intéressés par Ukutula.

Le Predator tour, une passionnée qui a su nous faire comprendre la démarche

En très mauvais élèves, nous avons retenu, retenu, retenu, puis oublié le prénom de la jeune femme qui aura été notre guide pendant le Predator tour, mais nous pensons qu’elle a pesé pour beaucoup dans la seconde activité que nous avons passé, et dans notre sentiment global à la fin de la journée.

Pendant cette activité, Ukutula nous a été présenté, dans son historique de propriété jusque sa raison d’être actuelle, puis nous avons découvert les espaces medicaux et de recherche du centre, avec des explications completes sur leurs usages, et avons pu faire un tour auprès des lions du centre, en comprenant quels étaient les mâles essentiels et les femelles reproductrices notamment.

Par la suite, nous avons fait le tour des félins et autres animaux recueillis par le centre car abandonnés par des zoos voir par des privés, ou bien encore blessés et incapables d’être réintroduits dans la nature. Parmi eux, des hyenes, des cheetahs ou encore des caracals et des servals (chats sauvages).

Gros bémol, nous avons également vu sur place des tigres adultes, nous n’avons pas compris le sens de leur présence, et notre guide n’a pas été capable de nous répondre, alors que les tigres se trouvent très majoritairement en Asie et non en Afrique du sud, voir Afrique tout court. Une pierre de plus dans la mare des interrogations sur le bien fondé de certains choix stratégiques.

Enfin, nous avons une chance, particulièrement immense, de pouvoir faire connaissance avec les bébés du centre. D’abord, nous avons rencontré ceux de 4 mois, nés de reproduction naturelle. Il y a avait des lionceaux et des tigreaux, qui nous ont permis de comprendre qu’un tigre est beaucoup plus dangereux qu’un lion, en témoignent les nombreuses attaques de dos dont Monsieur a été victime. Une touriste indienne a eu tellement peur après qu’un petit tigre se soit jeté sur sa jambe, qu’elle a préféré arrêter l’activité. En réalité, les bébés sont mignons, mais sont déjà, même à 4 mois, de beaux spécimens, et on a fait les fiers, mais leurs griffes étaient très bien acérées, même si leur but était de jouer.

Puis, pour finir, nous avons été parmi les premiers au monde à pouvoir s’approcher de Isabella et de Victor, les deux premiers lionceaux au monde, nés d’une insémination artificielle.

Cette interaction avec ce qui est en fait une merveille scientifique qui pourrait changer beaucoup pour l’avenir des lions en Afrique du Sud nous a permis de nous rendre compte que, peut être, toute l’essence de Ulukutula se matérialisait dans cette réussite et dans ces deux naissances.

En résumé, Ukutula vous comblera si vous ne doutez pas de leur cause

Nous vous déconseillons franchement de faire la marche avec les lions, pour les raisons évoquées plus haut, car même si cela apporte des ressources financieres à Ukutula, nous ne pouvons comprendre le fait de dresser les lions, alors que nous pouvons appréhender le sens de retenir en cage les animaux pour pouvoir conserver des animaux sains, il faut parfois s’obliger au sacrifice de la liberté de 5 lions, si cela permet de voir plus de lions sains dans la nature dans les années à venir.

Au contraire, le predator tour vous apprendra énormément si votre guide est investi comme la notre. Et puis, les 20 minutes d’interaction avec les bébés sont une expérience très spéciale que nous n’oublierons pas de si tôt.

L’aventure continue.

Claudia & Jeremy

1 Comment

  • Reply
    Chrissand Voyage
    5 décembre 2018 at 8 h 15 min

    Super article ! En quelques minutes je me suis cru avec vous en train de visiter ce centre.
    Le problème de ces centres de sauvegardes ou de recherche , c’est qu’on ne sait pas trop où se trouve la frontière entre l’aspect touristique/business et la véritable activité de recherche.
    On a eu les mêmes reflexions avec des centres de sauvegardes de tortue au Mexique, des animaux à Iguazu, des reptiles à Shanghai… On a toujours un avis mitigé. Nous sommes peut etre pas assez naïfs.

Laisser un commentaire