NORTHERN TERRITORY

LITCHFIELD NATIONAL PARK

11 juin 2015

Après nos 2 semaines de vacances en Indonésie, et un départ précipité de Darwin, nous avons décidé de prendre la route en direction du Queensland, en espérant être plus chanceux vis à vis de notre recherche d’emploi.

En raison de petits caprices de notre vaisseau, nous ne nous étions pas arrêtés entre Katherine et Darwin à l’aller, ou tout au moins nous n’avions pas fait de détours dans les parcs de Kakadu et de Litchfield, mais nous nous étions promis de les découvrir au retour quand nous prendrions la route du QLD, finalement plus vite que prévu !

Malheureusement pour le parc de Kakadu, qui est le plus grand d’Australie, nous avions prévu de louer un 4×4 avec Marine et Marc que nous avions rencontré à Bali et avec qui nous avions passé de très bons moments, mais les pistes 4×4 étaient encore fermées quand nous sommes revenus à Darwin, nous avons donc du, à contrecœur il faut bien l’avouer, faire une croix sur ce parc, qui, si il n’est pas parcouru en 4×4, perd de sa magnificence et, in fine, de son intérêt.

Mais Litchfield restait quant à lui sur notre wish list tant les photos des falls du parc nous avaient donné envie de le découvrir. Nous avons donc quitté Darwin en milieu d’après midi pour arriver le soir à Litchfield, y camper afin de pouvoir profiter pleinement d’une journée entière de découverte le lendemain. Darwin-Litchfield NP c’est 130kms, autrement dit absolument rien, ce qui veut dire que le parc est envahi pendant les week-ends et vacances, pensez y avant de le programmer, une affluence trop importante pour nuire à votre ressenti final sur le parc.

Le parc national comporte pas mal de spots de campements, et nous avons choisi celui se situant le plus près de l’entrée du parc, c’est à dire celui des Florence Falls. Si les campings de NP étaient gratuits il y a peu, ils deviennent aujourd’hui progressivement payants, ce qui entre dans une intention de prise de conscience des visiteurs, vis à vis des besoins financiers d’un parc, pour l’entretien et les structures de celui-ci. En ce sens, les sommes ne sont jamais exorbitantes, mais vous donnent le ressenti de contribuer à la vie du parc et de payer une juste somme pour pouvoir camper. Dans le litchfield NP, le camping vous coutera 6,60$ par personne et par nuit, pour un spot où passer la nuit, des toilettes et, pour Florence Falls notamment, une douche chaude. Pour moins de 10 euros par couple, le rapport qualité prix est tout à fait satisfaisant. Le lieu est propre malgré un nombre de campeurs impressionnants, arrivés un peu tard aux environs de 18h, nous trouvons une place improvisée hors emplacement sur le bord de la route principale du campement.

Buley Rockhole

Buley Rockhole

Dès 7h du matin, nous voilà réveillés et prêts pour aller explorer l’ensemble du parc. Nous n’avons pas trop de temps et espérons pouvoir découvrir le parc en moins de 2 jours, donc nous favorisons les courtes marches, et non pas celles de plusieurs jours. Comme chaque parc d’Australie, le Litchfield NP a des caractéristiques de découverte bien singulières, qu’il faut connaître avant de découvrir le parc. En effet, le parc est très profond, ce qui veut dire que les points d’intérêts ne sont pas très rapprochés comme cela peut être le cas dans d’autres parcs.

Ainsi, entre l’entrée du parc, et les Wangi falls, qui sont le dernier réel point d’intérêt et aussi le principal, il y a 50 kms, qu’il vous faudra parcourir ensuite en sens inverse pour rejoindre la route principale menant à Darwin d’un coté ou à Alice Springs/Queensland de l’autre.

Ces kms de transition, sont importants à prendre en compte dans vos prévisions, nous avons déjà fait ce constat sur d’autres articles, mais lorsque vous voyagez pour la première fois, comme ce fut le cas pour nous dans l’Ouest Américain, vous aurez tendance à compter tous les jours à découvrir les parcs, et à vous méprendre sur les distances à parcourir entre les lieux que vous souhaiterez découvrir. Et il est très commun, au milieu de ses vacances, de se rendre compte que la route effectuée, les kms avalés auront raison d’un parc ou d’un lieu, parce que les distances n’auront pas été jugées avec assez de recul.

C’est un conseil parmi tant d’autres, qui s’applique en l’espèce au Litchfield National Park de par sa topographie mais qui aura beaucoup plus d’impact sur des itinéraires de plusieurs semaines (Outback, Tasmanie en entier, vacances courtes et mobiles dans un pays étranger…) , n’oubliez jamais de prendre en compte les distances entre les points d’intérêts de vos voyages, les journées perdues à recharger vos appareils électroniques, les heures perdues à faire les commissions, etc…

L’autre particularité de Litchfield, c’est que les marches en son sein, sont soit des marches longues, de plusieurs jours qui vous permettent de vous enfoncer dans le parc et d’en découvrir les secrets les mieux gardés, soit des marches qui ne sont même pas des marches, extrêmement courtes, vous vous garez sur le parking, marchez entre 40 secondes et 5 minutes, et êtes arrivés au point d’intérêt en question. C’est une caractéristique inédite, car nous avions toujours découvert des parcs qui offrent plusieurs types de marches, dont des marches intermédiaires de 1 à 4h dont nous sommes friands.

Ayant dormi sur le camp de Florence Falls, nous commençons logiquement la journée par la découverte de ces falls. Au programme, 150 marches très faciles, avant d’arriver directement à la « plunge pool » avec des opportunités de baignade et de photographie. Il y a en fait deux chutes d’eau qui seraient visibles toute l’année peu importe les précipitations, qui se jettent dans la « plunge pool », large bassin fermé qui ne présente, à priori, aucun danger vis à vis des crocodiles et autres animaux sauvages. Pour ceux qui souhaiteraient se passer de la descente des marches, un lookout à quelques mètres du parking permet un bel aperçu des falls.

Florence Falls

Florence Falls

Nous nous rendons ensuite au Buley Rockhole, qui est composé d’une série de cascades et de trous d’eau. Chacun peut choisir son propre spot et s’y baigner tout en se relaxant.

Pour ceux qui souhaitent marcher, il est possible de rejoindre le Buley Rockhole depuis les Florence Falls en passant par la « Creek walk » (3 kms environ). Ces rockholes sont très sympa à voir, et comme ils sont sur la route entre Florence Falls et Wangi Falls, aucune raison de ne pas s’y arrêter. Sur le parking, des panneaux vous informent que si le parking est plein, les bassins sont remplis plus que de raison, et qu’il faudra repasser plus tard, d’où notre remarque initiale sur les week-ends dans ce parc qui doivent être incroyables d’affluence.

Buley Rockhole

Buley Rockhole

Nous vous conseillons de vous arrêter ensuite sur la route et d’aller jeter un coup d’œil aux Tolmer Falls, gigantesques chutes d’eau formant une profonde piscine naturelle. Vous ne les apercevrez que d’un point de vue en hauteur des chutes, car les chutes ne sont pas accessibles à pied, pour protéger la très grande colonie de chauves souris qui y habite.

Puis, nous avons rejoint le lieu le plus attractif et populaire du NP, que sont les Wangi Falls, qui sont faciles d’accès, vous pouvez pique niquer, vous y baigner, et même faire une randonnée d’1,6 Kms (1 heure environ) dans la foret et admirer les chutes de plus loin. Les chutes sont superbes, le bassin où elles s’écoulent apporte un charme supplémentaire au lieu, tout comme le jacuzzi naturel situé à proximité de l’une des des chutes principales, un petit paradis !

Wangi Falls

Wangi Falls

Ne nous étant pas arrêtés à l’aller aux magnetic termite mounds, en raison de notre arrivée tardive nous l’avons fait en tout dernier sur le chemin du retour vers la route principale. C’est dans ce champ que se dressent d’immenses termitières, l’ensemble faisant penser à un cimetière par moment. Les 2 termitières les plus populaires sur place, dépassent les 4 mètres, impressionnant !

Alors que nous pensions qu’une journée entière serait peut être insuffisante pour découvrir l’ensemble du parc, nous avons finalement parcouru l’ensemble des points d’intérêts, y avons mangé, nous y sommes baignés, et avons même pu atteindre notre lieu de campement situé à 100 kms au Sud de l’entrée du NP, et ce en 1 seule journée, sans se presser et en prenant le temps de prendre des photos à chacun des points d’intérêt du parc.

IMGP4053-1

En conséquence, nous vous conseillons d’allouer à ce parc un créneau de 1 à 2 jours, pas plus sauf pour des marches longues, ils seront suffisants et vous permettront de tout découvrir sans vous presser.

Nous avons aimé le parc, même si le fait des longues distances entre les points et des trop rares opportunités de marches de quelques heures ne feront pas de ce parc l’un de nos préférés depuis le début de notre roadtrip.

Si vous deviez faire un détour au Nord de l’Outback pour découvrir seulement Litchfield, le détour serait peut être un peu injustifié, si au contraire le parc est sur votre itinéraire jusque Darwin, foncez-y, si il fait partie d’un itinéraire Kakadu en 4×4 et Litchfield, aucune hésitation à avoir non plus.

Et surtout n’oubliez pas de PRO-FI-TER, le temps passe vite, déjà la moitié du séjour pour nous.

À bientôt,

Les Amoureux Voyageux.

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply AL 13 juin 2015 at 6 h 14 min

    C ‘est excellent et extraordinaire. vous devriez écrire un livre avec tous vos textes ou les envoyer avec un contrat au guide du routard ou similaire. bravo. super à lire et magnifiques photos

  • Laisser un commentaire