QUEENSLAND

MAGNETIC ISLAND

Alors que le calme plat se profilait au niveau du boulot sur Townsville, nous avons décidé de prendre le ferry et d’aller visiter Magnetic Island, raccourcie comme toujours par les Australiens, et plus communément appelée Maggie Island.

Si l’histoire ne dit pas si l’île est réellement magnétique, elle doit son nom au fait que James Cook était convaincu que c’était le magnétisme de l’île qui faisait tressaillir son compas à chaque fois que son bateau passait près de ses côtes.

IMGP4199-1

Maggie Island depuis la mer

Proche de Townsville, ville importante pour l’armée australienne, Maggie Island fut lors de la seconde guerre mondiale, un bastion militaire important pour l’Australie, dont les vestiges peuvent être visités, notamment pendant la forts walk.

Pour vous rendre à Maggie, une seule solution possible, le ferry, avec deux opérateurs sur place, Sealink et Fantasea. Sealink ne transporte uniquement que des passagers, quand Fantasea permet la traversée avec son véhicule.

Au niveau des prix, il vous faudra compter entre 29 et 32 dollars A-R pour Sealink en piéton, qui n’incluent pas le parking sur place, 7,5$ la journée, contre 25 dollars A-R, parking inclus, pour Fantasea.

Pourquoi une telle différence de prix ? Sealink propose des plages horaires plus grandes, et des bateaux plus fréquents, avec un service au départ de Maggie jusque minuit, quand le dernier ferry de Fantasea quitte l’île à 18h55.

Si vous souhaitez utiliser votre voiture, des promotions existent pour les backpackers, mais les prix restent toutefois élevés, comptez de 120 à 150$ pour l’aller-retour. Si vous possédez un 4×4 vous pourrez explorer quelques parties supplémentaires de l’île, si vous êtes en voiture ou van, le prix ne semble pas valoir la traversée avec votre véhicule.

L’île est assez conséquente en superficie, et la parcourir intégralement à pied ne sera possible qu’à condition d’allouer plusieurs journées à sa découverte.

IMGP4186-1

Magnetic Island

Les différents moyens de transport sur l’île

Les solutions pour les touristes sont nombreuses, la location de scooter (40-50$ la journée, avec des routes interdites d’accès, notamment celle menant à Florence et Radical bay, réservée aux 4×4), la location de 4×4 dont le prix doit être conséquent, la location de petites voitures de forme Meari, rigolotes mais qui se verront opposer les mêmes interdictions que les scooters, pour un prix encore plus élevé que pour les 2 roues.

Restent encore les vélos, solution crédible à condition d’en avoir sous la pédale, face à une île vallonnée dont certains tronçons ressemblent plus à l’ascension du Tourmalet qu’aux paysages de Robinson et les limbes du pacifique.

L’organisation catastrophique des bus sur Maggie Island

La dernière solution, celle que nous avons choisi, sont les transports en commun, le bus de la ville de Townsville roule aussi à Maggie, et vous permettra de parcourir le Sud et l’Est de l’île contre 7$ par personne, tarif d’accès illimité pour la journée.

Vient l’unique coup de gueule de cet article, concernant justement, le bus. Si l’idée est attirante, la mise en application du service s’avère bancale. En effet, les coordinateurs bateaux/bus semblent être partis en congés, ou sont véritablement incompétents. Les bateaux arrivent tous les jours, à quelques minutes près, à la même heure, à un intervalle d’1h environ. Dans le même temps, les bus de Maggie circulent eux aussi toutes les heures, et pourtant, vous devrez attendre une demie heure pour pouvoir prendre le bus qui vous permettra de commencer à découvrir l’île, puisque chaque bus arrive 30 minutes après l’arrivée des ferrys.

Considérant que l’achat du ticket de bus révèle une volonté de notre part de visiter l’île sur une seule journée (départ 7h-retour 19h), nous perdons dès le départ une grosse demie heure à attendre le bus. Bis répétita lors d’un des autres trajets que nous effectuons, les bus sont absolument remplis, et il est interdit de rester debout dans le bus, le chauffeur prie donc les clients restés dehors faute de place, de bien vouloir attendre 1H le temps que l’autre bus arrive ! Quid des bus de soutien en cas d’affluence, ou tout simplement de l’ajout définitif de bus, sur un rythme d’un bus toutes les 30 minutes au lieu d’un bus toutes les heures ? Au final, entre attente, désorganisation et manque de professionnalisme, nous perdrons au total 1h30 sur notre programme, alors que nous options pour le bus face à l’option vélo pour justement gagner du temps et pouvoir tout faire en une journée, dommage, à revoir de la part de Sunbus, qui n’avait déjà pas nos faveurs à Townsville, la faute à des bus parsemés dans la ville de façon trop sporadique pour qu’ils en soient vraiment utiles.

C’est le point négatif de cette visite, mais nous nous faisions un point d’honneur à en parler, même si la journée aura été très agréable.

Maggie Island, la mer et la montagne

Maggie Island, de par son profil d’île vallonnée (plus haut point de l’île à 490 mètres d’altitude), offre de nombreuses marches, de quelques minutes à plusieurs heures, qui vous permettent de longer les plages ou de grimper les collines afin d’accéder à des points de vues spectaculaires.

Si les parties Sud et Est de l’île sont facilement accessibles, la partie Nord-Ouest de l’île ne peut être atteinte qu’avec un 4×4 ou en marchant longtemps, puisqu’il faudra compter 16kms aller-retour pour rejoindre West Point au départ de Picnic Bay. N’ayant opté que pour une découverte d’une journée, nous avons choisi de nous concentrer sur les marches et lieux accessibles sans avoir à marcher plus de 2-3h.

L’embarcadère des ferrys se trouve au milieu de l’île à l’extrême sud, avec à l’Ouest, Picnic bay et Nelly Bay, et à l’Est Alma Bay, The forts walk, Arthur, Florence, Radical et Horseshoe bay notamment. Nous avions décidé d’assister au coucher de soleil à Horseshoe Bay et avons donc commencé notre journée du coté de Picnic bay et son ponton, l’endroit est joli, bien que terni par un soleil timide en début de matinée. L’intérêt de Picnic bay, c’est la marche à proximité, qui permet de grimper à un point de vue en échange d’une quarantaine de minutes de marche A-R, marche plutôt facile, même si forcément, ça monte un peu. Au sommet, un superbe panorama à 360 degrés sur plusieurs baies de l’île, avec au loin, le continent, notamment le Castle Hill de Townsville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Étant donné que nous n’avons que la journée, nous devons faire des choix, et nous ferons l’impasse sur Rocky Bay, Nelly Bay, Geoffrey Bay et Alma Bay, qui nous auraient forcé à attendre le bus encore 1h pour pouvoir repartir, et vu l’organisation du bus, nous n’allions pas prendre le risque de perdre encore du temps. Nous avons donc rejoint l’arret situé au Forts Car Park en bus, afin d’effectuer la Forts walk et de pique niquer au sommet de cette marche. Cette marche courte, environ 1h30, permet de s’intéresser aux vestiges des installations militaires de la seconde guerre mondiale, la leçon d’histoire est intéressante et les gun positions sont impressionnantes. Les vues sont à nouveau, imprenables, et nous mangeons face à l’océan et son immensité, un top spot pour notre pique nique.

IMGP4293-1

Spot de pique nique

Te voilà, Koala!

Sur le chemin, nous rencontrons un koala caché dans un arbre, et même si ce n’est pas notre premier, nous adorons toujours autant sa petite tête. Deux allemands nous croisent et s’apprêtent à rendre notre journée encore meilleure, puisqu’ils ont aperçu un peu plus haut sur le chemin, un koala avec son bébé en train de dormir dans un arbre. Nous partons donc à leur recherche, et tombons effectivement sur les deux marsupiaux enlacés qui se reposent sur une branche. Bouches bées, certains tentent des koalas selfies pendant que les autres ponctuent chaque mouvement du bébé par des « oh » et des « wouah » tels des gamins !

IMGP4291-1

Koalas dans un arbre

Nous effectuons la marche retour sans faire attention à rien, les pensées encore fourrées dans les feuilles d’eucalyptus.

IMGP4295-1

Guns Positions

De Florence Bay à Horseshoe Bay

De retour au Forts Car Park, nous prenons à pied la route interdite aux 2 roues, bus et petites voitures, celle là même qui permet d’accéder aux différentes baies du Sud Est de l’île, Arthur Bay, Florence bay, Radical bay et Balding Bay.

La route est en effet escarpée et très mal entretenue, au contraire du reste de l’île, on se demande d’ailleurs si le fait de ne pas améliorer la route n’est pas volontaire pour essayer de faire louer des 4×4 au lieu des autres types de véhicules, la mafia de Magnetic Island on vous dit !

Premier arrêt, Arthur Bay, l’eau est fraiche et décourage nos envies de snorkel, d’autant plus que même si l’eau est belle elle n’est pas aussi incroyable que ce nous avions vu à Bay of Fires par exemple, c’est joli mais ce n’est pas un coup de cœur, on y reste quelques minutes, on étudie le comportement des crabes qui éjectent de leur cachette des dizaines de boules de sables qui forment des dessins amusants sur le sable, puis nous reprenons notre marche vers Florence Bay, en passant par l’Arthur Bay lookout qui offre une jolie vue plus en hauteur, avec toujours des couleurs beaucoup plus significatives.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Florence bay est une jolie plage, entourée de grands rochers, mais pas de baignade non plus, même si le snorkel y est aussi conseillé.

Florence Bay

Florence Bay

Radical bay est beaucoup plus en longueur et à flanc de mangrove, ca a aussi son charme !

Incroyable sunset pour terminer la journée

Pris par le temps, nous ne pouvons pas effectuer la courte marche jusque Balding Bay et nous arrivons à Horseshoe Bay aux alentours de 17h et nous attendons, sagement allongés dans le sable, que le soleil commence à quitter l’horizon. Le cadre est superbe, la plage n’est pas la plus belle que nous ayons vu, mais les palmiers et la colline donnent un cachet particulier à l’endroit, et nous avons hâte de shooter l’instant ! Quand le soleil se couche, nous ne sommes effectivement pas déçus, les jeux d’ombre avec les palmiers sont magnifiques, les teintes roses et oranges sont particulièrement harmonieuses et le soleil vient se coucher à l’endroit le plus parfait possible, à la rencontre de l’horizon de la mer et du dernier rocher de la colline, magique !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dernier bus à prendre pour arriver à l’heure au ferry est le bus de 18h10, que nous prenons presque à regret en voyant que les couleurs continuent de changer minutes après minutes. Le trajet du retour se passe sans encombres, enfin un trajet sans aucun souci, et nous arrivons au port de départ à 18h40, à temps pour prendre notre bateau, qui arrivera avec 15 minutes de retard. Nous rentrons tranquillement puis reprenons la route vers notre traditionnel parking, mais ce soir, enfin, nous nous endormirons avec beaucoup de jolis souvenirs de cette intense journée.

Si nous devions vous donner un avis, Maggie Island, pour le prix en tant que piéton+bus, vaut le coup d’œil, pas de vraie douleur pour le porte monnaie du backpacker, et quelques endroits superbes, avec des koalas et des wallabies des rochers, que demander de plus ? Les marches sont de niveau faciles à moyennes, aucune difficulté notable tout au long de la journée.

L’aventure, la vraie à base de roadtrip, reprendra bientôt nous l’espérons !

Les Amoureux Voyageux.

You Might Also Like...

1 Comment

  • Reply
    Chrissand
    7 juillet 2015 at 10 h 18 min

    Belle plage et beaux paysages. Ton article me rappelle une anecdote de voyage en Guadeloupe. Nous avions ramené du sable noir qui était magnétique. Juste avant d’embarquer dans l’avion, nous avons été appelé par la sécurité car le sable faisait sonner leurs portiques!
    On était pas fiers de nous quand on a du se présenter devant le service sécurité, tout ça pour du sable magnétique.

Laisser un commentaire