CONSEILS & ASTUCES

Prendre des photos de voyage, conseils et retour d’expérience

17 juillet 2016

Alors que nous voyageons ensemble depuis 2009, nous nous sommes amusés il y a quelques jours à parcourir les photos de nos premiers voyages, à Barcelone et à Londres notamment.

Aux souvenirs de ces voyages, qui s’estompent quelque peu au fil des années, nous avons eu la déception de voir que nous ne pouvions pas vraiment ajouter de photos de voyage. Enfin si, nous avions pris des photos, de mauvaise qualité, peu inspirées et qui ne respectaient aucune des règles basiques de la photographie, lesquelles règles permettent ensuite, hormis d’avoir de plus jolies photos, de retranscrire avec beaucoup plus de poids, les souvenirs de nos différents voyages.

Alors comme nous avons un peu progressé à tâtons pendant plusieurs années, et que nous regrettons de n’avoir pas su prendre de photos lors de certaines de nos excursions, au Mexique notamment. nous allons essayer de vous donner quelques conseils, quant à la prise, mais aussi au traitement ainsi qu’au matériel, avec des mots d’amateurs qui resteront, espérons-le, compréhensibles pour tous.

Exemple d'une photo prise à Londres en 2010

Exemple d’une photo prise à Londres en 2010

Nous ne sommes en aucun cas garants de l’efficacité prouvée de ces conseils, ce sont plutôt des retours d’expérience, des petites règles que nous essayons de toujours respecter pour avoir des photos les plus jolies possibles. Nous n’inventons rien, ces règles sont détaillées et appuyées sur des dizaines de sites de photographie, nous allons juste essayer de simplifier l’ensemble avec nos mots, car la première fois que vous lisez ces conseils sur un site spécialisé, vous avez envie de tout sauf de prendre à nouveau un jour des photos…

Avant toute chose, la vocation de cet article et notre petit matos.

Avant toute chose, sachez que dans cet article nous allons critiquer certains types d’appareils photo, car ils ne permettent pas de retranscrire au mieux un moment, et qu’ils offrent moins de possibilités vis-à-vis de la photographie de voyage. Cependant, nous ne dénigrons pas ces types d’appareil photo !

D’ailleurs nous n’avons pas d’énorme matos, et certains autres travel bloggers doivent se demander comment nous pouvons shooter avec notre matériel, qu’on va vous détailler juste après. Simplement, certains se satisferont de photos prises avec un téléphone portable pour un usage personnel par exemple, mais ne pourront pas encadrer ces photos, s’en servir pour illustrer des articles de voyage, etc, nous évoquons bien ici l’usage fait de la photographie pour des photos de bonne qualité, qui résultent d’un vrai gout pour la photo, et d’une envie d’avoir les plus belles photos possibles, si vous ne souhaitez que des photos qui vous évoquent un souvenir sans pour autant qu’elles soient de belle qualité, c’est votre choix, et nous le respectons bien évidemment, loin de nous l’idée de jeter la pierre sur qui que ce soit, même pas sur les retraités qui photographient les Whitsundays depuis l’avion avec une tablette, c’est du vécu, qui reflète le sentiment de gâchis qui nous traverse quand nous assistons à une telle scène.

Pour notre part, nous voyageons avec le matériel suivant, dont nous vous détaillons les valeurs approximatives, car le budget est évidemment à prendre en compte dans tout choix :

– Un appareil photo de type Reflex gamme « moyenne basse » de la marque PENTAX, modèle K-r , c’est un passe partout qui convient à un usage de débutant pour les Reflex, et dont nous ne maîtrisons encore pas toutes les possibilités. Valeur à l’achat, habillé d’un objectif grand angle inclus : 500 euros.

– Une Go Pro modèle Hero 3, valeur de 300 euros environ, qui permet de faire des vidéos, dans des conditions particulières, sous l’eau notamment, et qui est un achat que vous pourrez envisager, pour les photos avec une perche, et les vidéos de vos roadtrips, comme celle que nous avons publié sur la Nouvelle Zélande.

– Une paire de filtre, un filtre polarisant et un filtre ND 400, là aussi nous allons y revenir dans la suite du dossier, environ 60 euros pour la paire.

– Un trépied, qui vous sera utile dans les environnements sombres et pour les photos de groupe. Valeur : très variable suivant votre appareil photo et le type de trépied, le notre nous a coûté 40 euros.

– Plusieurs batteries d’appareil photo… Ne riez pas, vous n’avez pas vécu ce moment après 3 jours dans l’Outback où vous voyez enfin Uluru et que votre seule batterie est à plat, sinon vous sauriez. Valeur : tout dépend du constructeur, 60 euros pour une batterie constructeur pour le K-r.

– Un max de cartes SD et de disques durs, pas directement liés, mais essentiels, ils permettent des doubles sauvegardes, et de ne jamais se retrouver avec une carte pleine à devoir supprimer avec regrets des photos pour pouvoir en prendre des nouvelles, c’est aussi du malheureux vécu.

– Deux perches, pour la Go Pro, car aucun accessoire ou presque ne vient avec, et que sans perche ou autre accessoire (bande au poignet, bandeau de tête ou de poitrine), la gopro ne sert presque à rien.

Le matériel

Du compact vite limité, au reflex vite indispensable.

Qui dit photos dit forcément appareil photo, et bien choisir son appareil photo est essentiel, déjà parce que vous allez le garder longtemps, et ensuite parce que cet outil qui vous servira, avec quelques bases et un peu de votre talent, à prendre de superbes photos de voyage.

Il existe 4 types d’appareils photos :

Le compact, c’est cet appareil photo plus petit que votre main, rectangulaire, que chaque personne sort lors des repas de famille pour shooter tout et n’importe quoi, le groupe, le plat, le chien, et que les enfants ont le droit d’utiliser pour eux aussi shooter n’importe quoi. Sur le principe, il est léger, il est forcément « compact », possède une belle batterie, et est plutôt bon marché. Notre conseil, n’optez pas pour ce type d’appareil, vous le regretterez rapidement au moment où vous voudrez prendre de meilleures photos, et au lieu d’avoir économiser 200 euros au départ, vous en aurez au final dépenser plus que si vous aviez tout de suite choisi un appareil photo d’un autre type.

Le reflex, c’est l’élite de l’appareil photo, cet appareil volumineux que portent autour de leurs cous beaucoup de touristes que vous croiserez. Ces appareils photos sont généralement assez couteux, mais en entrée de gamme, vous pourrez vous en procurer d’une qualité très correcte autour de 500 Euros. A ce prix là, vous n’aurez pas un reflex Canon ou Nikon, les deux meilleurs marques du marché, mais vous aurez bien mieux qu’un compact. Pendant 5 ans, nous avons utilisé notre Pentax K-r avec beaucoup de satisfaction, et c’est seulement après ces 5 ans, et après avoir progressé, que nous ressentons aujourd’hui le besoin de changer de dimension en achetant un appareil de type 7D de chez canon.

Le dilemme entre choisir une  gamme moyenne d’une marque très correcte, ou choisir l’un des appareils Nikon ou Canon qui sont forcément de meilleure qualité, est de savoir si la différence de prix sera rentabilisée par l’utilisation que vous ferez de l’appareil. Si vous voulez shooter en automatique, sans photo de nuit, sans vraiment vouloir gérer tous les paramètres de la prise de photo, alors vous n’aurez pas besoin d’un gros appareil, et un appareil photo reflex moins cher vous donnera de superbes photos sans avoir à payer le prix d’un très bon reflex. D’ailleurs, si vous avez cette intention de ne rien toucher à l’appareil pour prendre vos photos, alors le meilleur choix sera peut être celui d’un appareil de type bridge ou hybride.

Le bridge, n’a pas nos faveurs, il a les inconvénients du reflex, avec un boitier conséquent, sans la qualité d’un reflex, et vient donc se placer dans un entre deux sans pour autant proposer les qualités du reflex et du compact à la fois, au contraire de l’hybride.

L’hybride est un nouveau type d’appareil, qui vient tenter d’exploiter une niche entre le compact et le reflex, en essayant de proposer une qualité qui se rapproche du reflex, sans avoir à gérer l’encombrement d’un reflex, qui est lourd et souvent embêtant à transporter, même avec une sacoche.

L’hybride donc, se présente comme un gros compact, et propose beaucoup plus de possibilités qu’un compact et permet même d’utiliser différents objectifs, comme sur un reflex. Si un hybride ne sera pas de la qualité d’un très bon reflex, un bon hybride pourrait presque équivaloir à un reflex d’entrée de gamme, sans ses défauts !

Au moment du choix, nous vous conseillons donc d’écarter rapidement le compact et le bridge, et de choisir ensuite un bon hybride pour de jolies photos mais moins de liberté de progression, ou un bon reflex, si vous souhaitez pouvoir en exploiter l’étendue et vous rapprocher petit à petit, d’un travail photographique abouti.

Les objectifs

La question des objectifs s’adresse aux personnes qui veulent vraiment exploiter les possibilités de leur appareil photo.

En effet, au boitier, appelé nu lorsque il n’y est rien attaché, la grosse boite noire finalement, est attaché un objectif. Cet objectif peut être vendu directement avec l’appareil photo sur des appareils photos d’entrée de gamme ou dans le cadre d’offres sur internet. Pour les gros boîtiers, les objectifs valent le même prix voir souvent plus cher que boitier en lui-même, et vous devrez donc d’abord acheter le boitier, puis y attacher un objectif, que vous choisirez suivant vos besoins photos.

Les photographes avisés ont plusieurs objectifs, qu’ils changent suivant leurs besoins : Grand angle, photo de sport, photo macro, usage passe partout…

Choisir cet objectif, lorsque l’on y connait rien c’est un peu la croix et la bannière, beaucoup de numéros, qui ne veulent rien dire, alors pour savoir comment choisir cet objectif, nous vous conseillons cet article très complet qui vous permettra de comprendre pas mal de choses sur les objectifs dans leur ensemble.

Le trépied, il va vous changer la vie, et sauver vos nuits.

Le trépied n’est pas un outil indispensable, mais qui ne coûte pas très cher et qui une fois que vous le possédez, et quand même un outil sympatique qui vous offre de nouvelles possibilités.

Terminé les selfies à bout de bras, les demandes à des gens qui vont vous prendre une photo floue de la moitié de votre visage.

Terminé les photos de nuit absolument ridicules, avec un flash abominable ou un flou très loin de l’artistique, au choix.

Le seul avertissement à vous donner, et de considérer votre appareil au moment de l’achat du trépied, acheter un trepied peu solide ou très fin pour un enorme reflex, c’est prendre le risque qu’un coup de vent fasse tomber le tout, ou que le trepied lache sous le poids de votre appareil photo. Etes vous prets à économiser 25 euros pour ensuite en perdre 600 ?

Il existe des trepieds classiques, qui se suffisent à eux même et sur lesquels vous fixes votre appareil photo. Ils sont parfois encombrants, mais ont l’avantage de vous donner une liberté quant à la hauteur de prise de vue notamment. Des trépieds un peu plus originaux existent, avec trois bras assez courts, qui sont flexibles, ce qui veut dire que vous pouvez les fixer à peu près n’importe où. Ils sont beauoup plus petits et donc plus pratiques à transporter, mais ont l’inconvénient d’avoir besoin d’une prise,  puisque seuls ils sont trop près du sol pour faire des photos correctes. Vous aurez besoin d’un point d’attacher quelconque, et ce n’est pas toujours aussi évident de trouver ce parfait point d’attache.

Si vous voulez prendre des photos de groupe sans vous presser, des photos de nuit de qualité, l’option trépied est indispensable. Il sert aussi pour la go pro, si vous voulez faire du time lapse par exemple.

Photo de nuit prise avec trépied

Photo de nuit prise avec trépied

Les filtres

Lorsque vous aurez choisi votre objectif, ou que vous aurez acheté un appareil déjà muni d’un objectif, vous aurez la possibilité d’y ajouter des filtres.

Les filtres se placent devant l’objectif, et permettent d’adapter votre matèriel à une situations donnée.

Parmi les filtres les plus connus :

Le filtre UV, à l’utilité limitée, il vous sera utile si vous shootez dans des situations qui pourraient nuire à votre objectif, à la plage par exemple. En montant le filtre UV, vous réduirez un peu les risques, mais ce filtre n’est pas vraiment utile, faites simplement attention à votre appareil photo, car il n’y a rien de pire qu’un appareil photo avec des traces sur les photos prises…

Le filtre polarisant, que nous possédons, est très utile, car il vient éliminer les reflets, ce qui aura un effet sur votre ciel, plus bleu et surtout sur vos photos de lacs ou de mers prises en hauteur, puisque vous supprimerez cette couche blanche que crée le soleil à la surface de l’eau, la différence est énorme, nous avons regretté de ne pas avoir eu ce filtre lors de notre voyage au Mexique, à Tulum notamment. L’utilisation du filtre polarisant est simple, il se visse au bout de l’objectif, puis une seconde bague sert à régler l’intensité de la suppression des règles, suivant que vous vouliez garder un peu de reflets ou aucun.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le filtre ND, de densité neutre a un usage très particulier, mais est indispensable si vous voulez justement utiliser votre appareil dans ce contexte particulier. En effet, et nous allons vous l’expliquer rapidement en dessous comme nous l’avons compris, en essayant de ne pas trop utiliser de mots que nous-mêmes nous ne comprenons pas, lorsque vous allez commencer à prendre des photos en pose longue, c’est-à-dire des photos de plusieurs secondes, qui vont vous permettre d’obtenir le plus de détails possibles en terme de lumière du panorama qui se dresse devant vous, vous aurez parfois besoin de ce filtre.

Pas la nuit, car la nuit, même en shootant 30 secondes, vous aurez simplement une belle photo avec toutes les lumières de la ville et ses reflets par exemple.

La journée par contre, si vous voulez shooter en pose longue une cascade ou un cours d’eau, pour obtenir ce fameux effet filé de l’eau, alors vous obtiendrez des photos toutes blanches, puisque la lumière vive sera rentrée dans votre appareil pendant plusieurs secondes, et que votre photo sera donc ratée.

Le filtre ND, vient assombrir l’environnement que l’appareil prend en photo, ainsi, si vous shootez avec le ND comme si vous preniez une photo normale, vous ne verrez que du noir, trop sombre. Si par contre vous shootez 15 secondes avec ce même filtre installé sur l’appareil, vous retrouverez l’aspect d’une photo normale, sauf pour les nuages et l’eau, qui auront bougé pendant les 15 secondes de photo, c’est ce mouvement qui donne l’effet filé à l’eau sur les photos poses longues.

Plusieurs types de filtres ND existent, correspondants à plusieurs puissances, nous avons opté pour l’un des plus puissants par manque de budget pour en prendre plusieurs, ce qui nous a parfois empéché de shooter en pose longue, notamment dans des fôrets sombres, où il ne faisait pas assez sombre pour shooter sans filtre ND, et pas assez clair pour shooter avec notre filtre ND 400. Si vous avez le choix donc, achetez un intermédiaire, et un filtre assez puissant.

Les prix varient beaucoup suivant la taille de votre objectif (diamètre, puisque c’est à ce diamètre que viendra se calquer le filtre), le modèle de filtre choisi etc.

Comprenez bien que le filtre vient se glisser entre votre appareil et le panorama, choisir un filtre peu cher n’aura pour conséquence que de venir baisser la qualité de votre photo. Par exemple un filtre polarisant basse qualité provoquera des variations de sombre/clair sur vos photos, pas super donc.

Le Polarisant est un vrai plus, l’UV pas vraiment utile, et le ND est indispensable uniquement si vous voulez shooter en pose longue, plus particulièrement en journée.

Evidemment vous l’aurez compris, le trépied est également indispensable pour la pose longue.

Photo prise à l'aide d'un filtre ND 400, pour obtenir un filé

Photo prise à l’aide d’un filtre ND 400, pour obtenir un filé

Les règles de bases de la prise de photo, nos tips pour reussir vos photos.

Voici le chapitre un peu lourd de l’article, si l’on considère que l’article n’est pas déjà très lourd dans son ensemble !

On voudrait tous que la photo ne soit uniquement qu’une question de feeling, mais il y a quand même quelques petites choses à savoir absolument, si des pros de la photo passent par ici, ils crieront surement, car nous allons vulgariser l’ensemble, pour que vous compreniez un peu mieux ce vocabulaire délicat.

Les notions importantes à comprendre sont la vitesse d’obturation, l’ouverture, la sensibilité ISO et la focale.

La vitesse d’obturation

Très vulgairement, la vitesse d’obturation, c’est le temps que va durer votre photo. Quand on a tendance à prendre des photos en automatique, il est étonnant de savoir qu’il est possible de choisir à quelle vitesse shooter, autrement dit, combien de temps nous allons permettre à l’appareil de recueillir les informations qu’il a en face de lui.

Plus la vitesse est rapide, plus votre photo est courte. Au contraire, plus la vitesse est lente, plus votre photo est longue.

Mais alors ca change quoi ? Eh bien, imaginons que vous vouliez prendre en photo des otaries qui sautent dans l’eau en Nouvelle Zélande. En shootant en automatique, disons une demi seconde par exemple, l’otarie aura eu le temps de sauter et de retomber dans l’eau, résultat une photo avec un mouvement impossible à définir avec précision. Mais si vous décidez de shooter beaucoup moins longtemps, à 1/400e de seconde par exemple ? Vous dites à l’appareil, je veux que tu saisisses l’instant pendant un très court moment. Si vous shootez au bon moment, vous aurez alors l’otarie figée, au moment même où elle saute, avec une impression de mouvement bien sûr, mais malgré tout très nette et plus floue du tout comme lors de votre première photo.

L’inverse, concerne les environnements sombres. Vous shootez de nuit, ou dans une pièce sombre, disons une grotte en Australie, ouverte donc avec un peu de lumière, mais quand même très sombre, et où il est interdit d’utiliser le flash. Vous allez shooter normalement, votre appareil va recueillir des infos pendant une demi seconde, résultat une photo noire, car trop peu de lumière aura été recueillie.

Plus l’environnement s’assombrit, plus vous allez devoir shooter longtemps. C’est là que le trépied est indispensable, car si vous pensez être la seule personne au monde qui saura shooter pendant 2 secondes sans bouger, sachez que c’est impossible, sauf à être incroyablement calme, précis, et de disposer d’un point sur lequel se bloquer, pour minimiser les mouvements. Ainsi dans cette grotte, et une fois le trépied installé, en changeant la vitesse vous allez dire à l’appareil, je veux que tu recueilles les informations pendant 20 secondes. La lumière qui était faible sur une demi seconde, est donc multiplée par 40, et vous allez obtenir une belle photo avec des détails et de la lumière, pareil pour les photos d’une ville la nuit, pour lesquelles vous vous amuserez rapidement, avec les feux des voitures en mouvement par exemple qui donneront un petit truc en plus à vos photos.

Bref, quand vos photos sont sombres, essayez de shooter un peu plus longtemps, à l’inverse si elles sont claires, c’est peut être que vous devez shooter un peu moins longtemps.

Pour shooter cette bulle de boue, il a fallu jouer sur la vitesse d'obturation.

Pour shooter cette bulle de boue, il a fallu jouer sur la vitesse d’obturation.

L’ouverture

On ne sait pas vraiment ce que ca veut dire, mais on rapidement compris que ca concerne la profondeur de votre photo. Parfois, parce que c’est plus joli, parce que vous voulez mettre un élément en valeur plutôt qu’un autre, vous allez vouloir un élément net, et un élément un peu moins net, ce qui va donner de la profondeur à votre photo, qui va mettre de distinguer un premier d’un second plan par exemple.

Une petite ouverture donne une grand profondeur de champ, une grande ouverture une faible profondeur de champ.

Quand la profondeur de champ est faible, c’est là que vous allez pouvoir choisir quel élément est net par rapport à un autre. Quand la profondeur de champ est forte, la distinction net/flou se fera moins, ce qui est aussi une bonne chose si vous ne souhaitez pas justement qu’un élément sorte du lot.

Ce paramètre est important notamment pour les photos de portrait, pour lesquelles un fondu (le fait d’avoir du net et du flou) donne une vraie importance au visage par rapport à l’arrière plan.

Pareil pour les animaux, si votre fondu est réussi, la photo est toujours plus jolie que si l’animal n’est pas plus net que le reste de la photo.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La sensibilité ISO

La sensibilité ISO c’est ce qui vous permet, si vous n’avez pas de trépied, d’aller chercher de la lumière sur une photo. De base, il est toujours recommandé de shooter avec l’Iso le plus bas possible (100 ou 200 suivant les appareils) qui est aussi l’iso de base, et qui est donc celui qui vous donnera la photo de meilleure qualité.

Augmenter vos ISO, c’est en fait forcer l’appareil à emettre un signal electrique qui va venir amplifier la prise de lumière sur la photo, vous pourrez choisir un ISO 400, 800, 1600, 3200… jusque12800 !

Résultat, vous aurez de la lumière sur vos photos, mais le signal electrique créera ce qu’on l’appelle du bruit, un espèce de voile sur votre photo, pas très joli, qui peut être estompé ensuite, mais jamais réellement effacé. Alors jusque l’iso 800, ca passe, mais au dessus, le bruit se voit clairement sur les photos, et ce n’est pas très joli.

Nous essayons de toujours garder l’ISO 200 pour shooter, et augmentons parfois suivant l’environnement en essayant de ne jamais dépasser 800 !

La focale

La focale, c’est en fait ce que vous allez régler par le biais de votre zoom, ou de votre choix d’objectif. Plus la focale est petite, plus l’angle est grand. Shooter en focale 16mm revient à utiliser un grand angle, alors que shooter en focale 400mm revient à un très gros plan.

Il faut savoir que plus la photo est grand angle, plus vous aurez du mal à obtenir un fondu sur votre photo, ce qui est logique. Par contre, plus vous zoomerez sur une fleur, un fruit, ou je ne sais quoi encore, au plus vous aurez de possibilité d’obtenir un fondu avec votre fleur très nette et le reste flou.

C’est cette focale qui s’affiche sur les objectifs que vous choisirez, et qui vous permet de savoir à quoi peut vous servir l’objectif que vous êtes sur le point d’acheter.

Voilà pour les bases essentielles de la photo, qui vous permettront au moins de savoir à quoi sert le mode priorité vitesse de votre reflex, c’est-à-dire à choisir la vitesse que vous voulez, pareil pour le mode priorité ouverture, et enfin pareil pour le petit bouton ISO quelquepart sur votre appareil photo.

Quelques tips et règles à respecter

– La règle des tiers

Si elle peut vous paraître absurde, la règle des tiers est un préalable à connaitre avant de prendre des photos. Son concept est très simple, imaginez une photo, que vous divisez en trois parties égales dans le sens de la longueur, puis en trois parties égales dans le sens de la hauteur. Ces 4 lignes, qui divisent votre photo par tiers dans la longueur et la hauteur sont appelées des lignes de force, et les points de croisement de ces lignes sont des points forts.

La règle des tiers veut que les attraits de votre photo tentent de se rapprocher de ces points forts. Ainsi, poser en plein milieu de la photo, ou photographier l’atout de votre photo en plein milieu, n’est pas recommandé, car le sujet ne sera alors pas sur l’un des points forts de la photo.

Essayez-vous verrez, cela fonctionne vraiment.

Mais en photo, la seule règle c’est qu’il n’y a pas de règle, et une fois ce principe appréhendé, à vous de le suivre ou de parfois ne pas le respecter, pour donner encore un cachet supplémentaire à votre cliché.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– N’utilisez le flash qu’en cas de besoin absolu

Le flash dénature les photos, trop brillantes, et jamais très jolies, alors évitez au maximum !

– Shootez par défaut toujours avec l’ISO le plus petit, pour éviter d’avoir du bruit sur vos photos

– Ne shootez pas au format JPEG !

Ce conseil est important, nous avons fait l’erreur les 6 premiers mois, de shooter avec le réglage d’origine c’est-à-dire le format JPEG, le format de la plupart des photos que vous voyez sur le net etc.

Seulement, il faut comprendre qu’une photo au format JPEG, c’est une image, alors que vous avez la possibilité de sauvegarder votre photo sous forme d’une plage de données, au format RAW.

Qu’est ce que ça change ? Et bien quand ensuite sur votre ordinateur, vous transformerez ces fichiers Raw, qui ne sont pas encore des photos même si ils s’affichent comme tel sur votre appareil, vous aurez beaucoup de possibilités de modifications de votre photo, car vous disposerez de l’ensemble des données et pas seulement d’une image fixe comme au format JPEG. Ainsi, après avoir eu plus de liberté de modification de votre photo, vous pourrez l’enregistrer au format JPEG. C’est un coup à prendre, mais c’est l’un des impératifs à respecter, shooter en JPEG est un gachis.

– Ne pas croire que votre appareil est tout terrain

Un appareil photo est une machine de précision, il ne faut pas penser que vous pouvez shooter dans des environnements sablonneux, humides, terreux, sans conséquence.

Nous avons eu la mauvaise surprise en shootant à Antelope Canyon de voir toutes nos photos les jours suivants gachées par des traces noires un peu partour sur les photos. Du sable, avec le vent, s’était en effet glissé dans l’appareil photo, provoquant ces défauts sur les photos.

Nous avons été obligé de nettoyer l’appareil lors de notre retour (opération TRES délicate) et surtout nous avons eu des traces sur toutes les photos de la fin de notre roadtrip.

Remarquez vous les tâches sur le ciel, provoquées par le sable de la veille ?

Remarquez vous les tâches sur le ciel, provoquées par le sable de la veille ?

– Ne pas avoir qu’une batterie

L’erreur de débutant, celle qui vous coute vos photos de sunset, ou de la découverte d’un endroit parce que vous n’avez plus de batterie, ca arrive, souvent, et c’est rageant, alors achetez tout de suite une seconde batterie ou une batterie à piles.

– Ne pas attendre que votre carte SD soit pleine pour sauvegarder vos photos.

Un peu comme pour la batterie, mettez toutes les chances de votre coté en ayant plusieurs cartes SD, et en sauvegardant régulierement vos photos, pour ne pas avoir à les supprimer une fois sur place, ca prend du temps, de la batterie, et ca pourrait vous forcer à choisir de supprimer des photos que vous n’avez pas sauvegardé.

– Faites preuve de patience !

C’est un conseil essentiel, si vous pensiez pouvoir prendre de belles photos en quelques secondes, vous vous trompez, la lumière doit être au rendez vous, votre cadrage doit être bon, le contexte doit être propice à shooter (attendre que personne ne soit devant vous peut parfois demander plusieurs dizaines de minutes, nous en avons fait l’expérience à la tour eiffel par exemple)… N’hésitez pas à shooter plusieurs fois, partez du principe que vous ne reviendrez pas, que la lumière ne sera plus jamais la même, et essayez d’avoir plusieurs belles photos, afin ensuite d’avoir le choix !

20 minutes d'attente, une photo!

20 minutes d’attente, une photo!

– Tentez des choses !

Le mode auto c’est bien, mais c’est comme utiliser une Porsche en pilote automatique, c’est dommage. Au contraire, essayez de trouver les reglages qui soient les meilleurs pour chaque photo, au départ c’est un peu compliqué, mais rapidement vous allez y prendre gout, et vos photos vous diront merci !

Le post traitement : Photoshop, Lightroom, Photofiltre

Photoshop est un peu compliqué à prendre en main, mais est évidemment un incroyable outil, que nous n’utilisons pas ou que trop mal, et que nous n’allons donc pas évoquer dans cet article, si vous avez du courage alors foncez vers Photoshop.

Et puis photoshop, c’est presque plus de la transformation de photo, certaines photos passées sous photoshop n’ont plus rien à voir avec les originaux, alors que Lightroom sert simplement à redonner du peps à des photos sans en modifier le contenu, on ne remplace pas un ciel par exemple comme c’est possible sur Photoshop, par contre on peut donner au ciel un peu plus de peps, pour voir mieux les nuages etc, photoshop c’est parfois un peu de la triche, lightroom selon nous, beaucoup moins.

Lightroom, produit par les mêmes studios que Photoshop, est beaucoup plus simple à utiliser, vous permet de passer du format Raw au Jpeg en série si vous ne voulez pas retoucher vos photos, mais vous permet surtout de retoucher vos photos justement.

Si vous ne souhaitez pas utiliser un gros logiciel comme Lightroom, Photofiltre est un logiciel gratuit qui est assez épuré et qui permet quelques retouches, mais rien à voir avec Lightroom.

Plusieurs conseils sur lightroom

– Vérifiez toujours votre Balance des blancs, que vous pouvez modifier de façon très précise avec les fichiers Raw, et qui peuvent donner un tout autre aspect à vos photos.

– Vérifiez toujours que vous n’avez pas de défauts sur vos photos, des petites traces notamment, sinon corrigez les.

– N’ABUSEZ D’AUCUN RÉGLAGE! Pas trop de saturation, pas trop de clarté, aucun réglage à fond, votre photo doit rester la plus fidèle possible à ce que vous avez vu, personne ne croira que l’eau est bleu fluo et le sable jaune fluo, inutile donc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

– Faites des essais, testez les réglages, apprenez de chacune des variables, pour ensuite être capable de retoucher vos photos très facilement.

Vous savez tout !

Un énorme dossier donc, mais les photos sont le cœur d’un site de voyage, et le plus réel souvenir de vos voyages, il fallait bien ça !

L’aventure continue, avec de jolies photos maintenant !

Les Amoureux Voyageux.

You Might Also Like

3 Comments

  • Reply Chrissand 17 juillet 2016 at 20 h 16 min

    Un sacré boulot cet article! Bravo. Pas évident de retranscrire avec des mots plus simples.
    Personnellement je ne shoot que très rarement, je laisse ce plaisir à Sand. Je m’occupe plutot des vidéos et de lire les guides du routard en voyage :p

  • Reply prosper 18 juillet 2016 at 14 h 51 min

    bon article, très explicite; bravo.

  • Reply gillesdecaluwe 18 octobre 2016 at 9 h 48 min

    Super ! Merci pour toutes ces infos. N’étant pas un pro de la photo, ça m’aide vraiment !

  • Laisser un commentaire