PARIS FOODIE

REPUBLIQUE OF COFFEE

20 mai 2017

Après avoir découvert Fringe, le tirage à sort de nos petits dejeuners parisiens a désigné en cette deuxième semaine le coffee shop branché @republiqueofcoffee.

Fidèles à notre adage favori, nous nous levons tôt pour que l’avenir nous appartienne, et après une visite matinale de Paris, nous arrivons au coffee shop samedi matin vers 10h30, le restaurant est encore clairsemé, la faute à un vendredi soir souvent bien arrosé ou à une grasse matinée qui nous donnent une bonne heure d’avance sur le reste de la meute. Sur place, 2 couples et un homme seul, nous avons le libre choix de notre place, si stratégique pour prendre de jolies photos.

Le restaurant est situé dans les premiers mètres du Boulevard Saint Martin, à deux pas de la place de la République ( depuis la place vous pouvez voir la grande verrière et l’enseigne rose fluo de Republique of Coffee, c’est dire la proximité!). Cette situation géographique nous a au départ un peu fait peur, tant les restaurants situés sur les grandes artères près des lieux touristiques sont souvent le lieu des pires escroqueries, avec des prix exagérés, une qualité médiocre et des usages bien loin de l’idée que l’on se fait des restaurants. Du coup, en empruntant le boulevard, on se demandait à quelle sauce nous allions être mangés.

En entrant, la belle surprise

Surprise donc en entrant dans le restaurant, dont nous avons adoré la configuration. Grand mais pas digne d’une usine à gaz (25 à 30 couverts environ), lumineux coté verrière, plus sombre au fond de la salle, ce qui permet de satisfaire ceux qui veulent prendre un café en somnolant, ou ceux qui veulent un jus de fruit assis en tête à tête avec les premières lumières du jour. Et puis, il y a cette déco, les murs et plafonds en miroir, le bleu pastel très populaire dans les cafés de ce genre, dont on ne lasse pas, les deux atmosphères se conjuguent parfaitement, d’avoir le choix est un vrai plus, et l’ensemble reste très harmonieux, vraiment de quoi nous rassurer sur nos mésaventures passées dans les rues principales de St Tropez ou des champs Elysées. Restait désormais le plus important, l’expérience culinaire!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Coté food donc, le nerf de la guerre, le serveur nous annonce la couleur dès notre arrivée, et comme on aime la transparence, on apprécie le geste: « Tout est maison, sauf les pains au chocolat et les croissants », cette démarche nous plait, si on pouvait avoir cette lisibilité dans tous les restaurants, beaucoup auraient fermé! Vous trouverez à toute heure des incontournables tels que le brownie, le banana bread (avec une légère croute chocolat noisette qui nous a longtemps fait de l’oeil) le carrot cake, les cookies, le cheesecake, et les plus originaux tels que les barres de céréales maison (sésame, coco, avoine, graine de courge) et le financier à la myrtille. Les prix varient entre 2.5€ et 5€, généralement une viennoiserie vous coûtera 2.5€, et un dessert comme le carrot cake ou le cheese cake 5€.

La carte varie ensuite en fonction des horaires. De 9h à 12h, c’est petit déjeuner : pain perdu, granola maison, pancakes et oeufs, pancakes et fruits, green bowl. Cette liste est exhaustive, nous n’avons pas demandé si elle changeait de temps en temps, mais on en doute, vous saurez pourquoi dans quelques lignes. Sur ce menu breakfast, les prix varient entre 6.5€ et 9€.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une impression, ca se joue à 3 (2?) fois rien…

Etant donné que nous étions sur place avant midi, nous avons choisi un plat de la carte du petit déjeuner. Nous avons voulu tester le pain perdu et les pancakes aux fruits ainsi qu’une part de cheese cake. Niveau qualité prix, c’est tout à fait correct pour un lieu parisien. Le cheesecake est frais, le citron présent juste comme il faut, c’est très bon. Le pain perdu était copieux, 2 parts de brioche cuites dans des œufs et du lait, accompagnées de yaourt grec et de fruits de saison, sur un lit de sirop d’érable et de pralins. Les pancakes quant à eux, étaient très bien présentés et gourmands comme on les aime. Alors, c’est bon, et ça se mange avec plaisir, mais on a trouvé qu’il manquait un petit quelquechose, le twist qui fait cette différence entre ce que vous pouvez faire chez vous (avec de l’entrainement!) et ce pourquoi vous devez vous déplacer, une signature dont on se souvient. Pourquoi pas des bananes caramélisées qui viennent près du pain perdu, ou une chantilly mascarpone citron vert ? Et pour les pancakes, un coulis de fruits rouges ? Ce sont des idées, nous ne sommes pas des cuisiniers, mais on veut juste exposer le principe, un petit truc en plus, car la qualité est là, autant qu’on s’en souvienne!

Par contre là où nous arrivons moins à être conciliants, c’est sur les oublis dans un plat. Sur la carte, il est indiqué 3 pancakes pour 8 euros, or le plat ne contenait que 2 pancakes, Jérémy a toujours un peu de mal avec le fait de dire quand quelquechose ne va pas au serveur, et nous avons longtemps hésité à lui faire le constat, avant finalement de poliment le faire remarquer en fin de repas. Le serveur n’a pas semblé étonné, il a confirmé notre doute sur la différence carte/assiette, c’est en fait la carte qui contient une erreur. C’est selon nous un vrai point noir, changer de carte peut coûter cher c’est un fait, mais une rature au stylo pour faire passer l’intitulé de 3 à 2 pancakes serait le minimum, lorsque l’on paye un certain montant pour une certaine assiette, il n’y a rien de plus dérangeant que de se sentir berné ensuite… Il nous semble avoir vu une rature sur l’un des prix des viennoiseries en vitrine, c’était donc possible de le faire sur les menus, la seule conviction que cet oubli fait naître, c’est que c’est un changement non assumé, et que le prix est trop élevé pour 2 pancakes alors autant ne pas raturer la carte et continuer à vendre 2 pancakes au prix de 3… est ce une réalité ou non peu importe, c’est malheureusement l’impression laissée, à bon entendeur…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’heure du lunch, saveurs d’ailleurs

De 12h à 14h sont ensuite servis les plats du lunch. Vous aurez un vaste choix entre cuisine mexicaine ou californienne, dont le reputé California bowl, composé de riz, quinoa, œuf mollet, fromage frais, patates douces, chips de kale, betterave chioggia, avocat, choux rouge, carottes, et pousses selon le marché, le tout arrosé d’une sauce tahini et miel maison… ca fait rêver, et c’est effectivement une belle assiette au prix de 15€ environ, que nous n’avons pas gouter après notre petit déjeuner, mais qui semble très appétissante, notamment sur Instagram . Vous trouverez également à la carte des œufs rancheros, un ceviche de thon et mangue, et des tacos, so mexicano!

Coté boissons, elles sont un peu moins onéreuses qu’à Fringe, mais les prix restent quasiment les mêmes. Il vous faudra compter en moyenne 5€ pour un thé, 5.5€ pour un chai latte ou un chocolat chaud, et entre 2.8€ et 5.8€ pour un café! Nous avions pris un chai latte, d’une contenance de 30ml, bon, mais qui manquait d’épices à notre goût, les amateurs d’une note légère en épices se délecteront de ce chai.

L’une des originalités (vous voyez, on vous avait dit que l’originalité ca restait dans les têtes!) réside dans les cold pressed juices proposés, avec 3 sortes de jus, qui changent au grès des envies et des fruits de saison. Le prix de 6.5€ reste correct, à tester une prochaine fois.

En dessert, un peu de pigeon ?

Au moment de payer l’addition, monsieur paye sans même regarder, il a le défaut de trop faire confiance, mais madame qui a déjà vécu plusieurs entourloupes, notamment à St Tropez, passe derrière son homme pour jeter un coup d’œil à l’addition. Jérémy est souvent agacé par cette habitude, ça se finit généralement en une longue tirage sur le fait que les gens soient honnetes, auquel monologue se confronte le proverbe qui veut que la confiance n’exclut pas le contrôle, bref toute une histoire.

Sauf que là, quelque chose cloche. Les fameuses 2 pancakes au prix des 3 annoncées, sont affichées sur le ticket avec 1€ de plus que sur la carte, comme si réduire leur quantité ne suffisait pas…

Deuxième coup d’oeil, le cheese cake a aussi pris du poids,  +0,50€ à la pesée. Nous faisons le constat de cette double erreur auprès du serveur, qui admet la faute, et s’en va chercher son manager en coulisses. Cordial, il s’excuse et nous rembourse 3€ au lieu des 1,5€ d’erreur, malheureusement, et c’est un comportement humain, nous ne pouvons nous empêcher de penser que cette erreur est volontaire.

En effet, le prix erroné sort automatiquement sur la machine, on ne va pas croire qu’on était les premiers à avoir une telle erreur, ce prix sort pour tous les clients qui prennent des pancakes, qui voient la quantité dans leur assiette réduite de 30%, et la note de la même assiette gonflée de 12%… Alors oui, le manager a eu la gentillesse de rembourser au double de l’erreur, plutôt rentable quand on pense que 4 clients sur 5 ne doivent même pas regarder leur note, attention donc, d’autant plus que plusieurs commentaires sur les réseaux faisaient états de quantités réduites depuis quelques semaines, on ne saurait évidemment s’engager sur la véracité de ces avis, mais si c’était le cas, cela ferait beaucoup…

De quoi confirmer notre facon de penser sur les restaurants trop proches des lieux touristiques ? Oui et non, nous avons plutôt bien manger, malheureusement ce sont ce genre de détails qui vous font vous demander si vous ne vous êtes pas faits avoir sur toute la ligne… dommage, on reviendra pour le goût, la présentation, le lieu et pour goûter à la carte du lunch, et on verra si la carte a été modifiée, et si la machine continue de faire trop d’erreurs de prix dans le mauvais sens…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire