PARIS FOODIE

PINK MAMMA, L’ITALIE AU CŒUR DE PIGALLE

26 juin 2017

Ceux qui nous connaissent personnellement, ou ceux qui suivent nos stories IG le savent, si nous aimons tester de nouveaux restaurants, il y a pourtant un restaurant, ou plutôt un groupe de restaurants, où nous allons manger très souvent, et où nous emmenons nos amis dès qu’ils viennent à Paris. Mesdames, messieurs, Big Mamma !

Big Mamma, ou comment devenir incontournable à Paris en 3 ans

Fondés par deux anciens d’HEC, Big Mamma a explosé en moins de 3 ans, pour devenir aujourd’hui l’une, voire la référence des restaurants italiens à Paris. Tout y est, l’ambiance, le personnel italien, la déco, la queue (on sait, c’est énervant !) et surtout la nourriture, car ici tout est fait maison, et provient directement de producteurs italiens.

Alors promis, on vous fera un article complet sur tous les restos du groupe (Ober Mamma, East Mamma, Mamma Primmi, Big Love Caffe et donc Pink Mamma) en vous parlant de leurs spécificités, mais cet article est spécialement dédié au petit nouveau de la bande, Pink Mamma.

Ouvert en soft opening il y a une semaine, et reservé pendant quelques jours aux proches et amis, Pink Mamma a ouvert ses portes à la presse le 20/06, avant la grande ouverture le soir de la fête de la musique le 21/06.

Pour vous prouver qu’on est fous de Big Mamma, nous avions même tenté de nous frayer un chemin pour la pré-ouverture, sans succès ! Alors forcément, nous avons bloqué notre vendredi soir pour venir découvrir Pink Mamma.

Pink Mamma, bœuf alla fiorentina en plein Paris

Nous mettions un point d’honneur à arriver les premiers, un peu comme un symbole il faut l’avouer, mais aussi pour découvrir le lieu sans personne, et pouvoir avoir une place tout en haut, dans la verrière. Claudia est donc arrivée à 18h pétantes devant les portes de cet ancien hôpital de 4 étages repeint tout  en rose et situé à la croisée de la rue de Douai et de la rue Duperré (arrêt Pigalle).

Pour les voyageurs, ce bâtiment en forme de triangle peut faire un peu penser au Flat Iron de New York, en tout mini, et en tout rose.

À 19h, la queue atteignait le magasin vert au fond à gauche!

Si à 18h30 la queue était raisonnable, à 18h50, les gourmands avaient envahi les deux trottoirs, prêts à faire souffrir les cuistots italiens de Pink Mamma, pour déguster des antipastis italiens, des pizzas et des pâtes à la truffe dont la réputation n’est plus à faire aujourd’hui.

Mais la spécialité de ce tout nouveau restaurant, c’est la viande ! Cuite sur un barbecue de 3m de long, grillée comme à Florence sur un mix de bois de cerisier et de quebracho et servie avec des patatinas, du maïs (+3€) ou bien encore de la polenta crémeuse (+3€).

Alors, vous venez ?

19h, Buonasera !

19h03, toute l’équipe de Pink Mamma se réunit dans la rue, pour souhaiter à tous, par un « Buonasera » collectif, devenu obligatoire à l’ouverture de chaque restaurant de Big Mamma, midi et soir, la bienvenue dans le restaurant.

Ils font entrer les premiers, un couple de voyageurs, appareil photo et téléphones à la main, prêts à choisir la meilleure place du resto, prêts à shooter tous les recoins du lieu pendant 20 minutes et surtout prêts à se régaler, encore une fois, sans avoir la peur de payer pour manger du congelé de mauvaise qualité ! Coucou, c’est nous 🙂

Un étage, une ambiance, une clientèle

On dirait que chaque étage est un restaurant unique, au RDC, ambiance feutrée, le magnifique bar central donne le ton, c’est ici que vous rencontrez la classe à l’italienne, efficace.

L’escalier en forme de Fusilli (plus ou moins, soyez inventifs !) nous emmène au 1er, la cuisine des plats chauds, l’énorme barbecue dégage une odeur si particulière, ça sent bon les vacances et les longues soirées entre copains, on mange au premier quand on veut être au cœur de la thématique de Pink Mamma.

Puis vient le 2ème étage, les antipasti, les bocaux en verre, les légumes, les couleurs, et cette immense table au milieu de la salle, ici c’est le partage en famille ou entre amis, on se fait passer les assiettes, on picore, on kiffe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, le dernier étage, le clou du spectacle, une immense verrière envahie de soleil, vous offre une ambiance que nous n’avons pas rencontré dans les autres restaurants du groupe, la pièce est un véritable puits de lumière, on s’y sent naturellement bien, apaisement général, le terme romantique ne serait pas de trop.

Alors forcément, on choisit notre table, puis pendant 20 minutes, faisons des va et vient entre le RDC et le dernier étage, le chef de salle du dernier étage semble parfois lassé de nous voir shooter tout et n’importe quoi, on lui explique qu’on a un site et qu’on est des amoureux de Big Mamma, il sourit, la pression des premières ouvertures redescend, et son charme à l’italienne reprend le dessus, il nous demande de prendre une photo de toute l’équipe la prochaine fois, nous n’y manquerons pas !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Allez, à table !

Alors, autant l’avouer tout de suite, et oui nous avons réalisé notre erreur en regardant les viandes arriver aux tables de nos voisins, mais nous n’avons pas goûte à la spécialité de Pink Mamma.

La veille nous avions mangé à la Brigade, un food truck qui propose de jolis morceaux de viande, et du coup, nous n’avions pas vraiment envie de manger à nouveau du bœuf. Surtout, nous aimons tellement les pizzas de Big Mamma (ce sont nos préférées, genre au monde ! suivies de près par celles de +39 à Melbourne) que nous avons toujours du mal à changer, mais vous savez quoi ? On y retourne Samedi, et cette fois-ci, ça sera non négociable, énorme pièce de bœuf pour tout le monde !

Raison de plus pour nous suivre sur Instagram, on mettra évidemment tout en live dans notre Story !

Pesto, Mozza, Gorgonzola, Pizza, welcome to Mamma !

Nous commençons par une bruschetta avec jambon grillé, pesto maison et mozarella di Buffala, pour 8€, comme toujours c’est un succès. Nous voyons passer à côté de nous une entrée qui ressemble à un trio de mozzarella avec 3 accompagnements différents, ça sera certainement notre entrée samedi prochain !

Bruschetta Pesto Jambon Mozzarella

Puis, nous commandons nos pizzas, une 4 fromages pour Monsieur, une Norma fait des vidéos (Ricotta Salate Sarde, Tomates confites, Mozarella, Aubergines) pour Madame, toutes les deux au prix de 13€.

Quelques minutes plus tard, elles arrivent, la pâte est très épaisse avec une cuisson au top, la garniture généreuse, ça sent l’Italie !

Ici, les 4 fromages sont bons, pas d’arnaque, pas de fromage en sachet, que du plaisir. Pareil du coté de Claudia, avec notamment des tomates confites à tomber.

A coté de nous, un T-Bone steak pour 2 arrive (au prix de 48€) elle a l’air dingue, cuite à la perfection, et la polenta semble juste dingue, on retient nos fourchettes pour ne pas goûter…

N’ayez pas peur, le premier prix pour une pièce de viande est de 15€.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La fin de la pizza s’apparente plus à une lutte pour finir qu’à autre chose, et nous laissons chacun un peu de notre diner, parce que nous savons qu’il faut garder de la place pour le dessert !

Quand c’est bon, il y a toujours de la place pour un tiramisu Passion

La carte de desserts n’est jamais énorme chez Big mamma, mais il y a généralement de quoi contenter tous les goûts.

Nous n’aimons pas le tiramisu, qui serait parait il très bon, par contre le tiramisu passion-matcha fait de l’œil à Madame, qui hésite avec le granité Pastèque Mojito, mais cède finalement à la tentation de la passion.

De son coté, Monsieur cherche directement les marqueurs obligatoires du dessert selon sa propre définition, que sont au choix, le chocolat, la crème, le caramel ou le citron… et là, Sundae Chocolat : Chocolat, chantilly, Caramel, Brownie, glace… adjugé, évidemment (les desserts valent en général entre 7 et 9€).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le tiramisu est un petit bijou, bien décoré, très esthétique, il donne envie. Dégustation, le matcha est timide, effacé rapidement par un fruit de la passion puissant et délicieux, c’est léger, ça se mange sans faim, bravo.

Le Sundae Chocolat est un peu décevant, pas assez de brownie, les craquants noisettes sont très bons, mais emportent un peu le reste, beaucoup de crème et de glace, pas assez du reste, l’équilibre est bancal, même si son mug est complètement propre au moment de débarrasser !

Merci Big Mamma, à bientôt, à Pink ou à Ober, ou à Primmi…

Bref, rien à redire, nous avons bien mangé, pour des prix très corrects pour un restaurant parisien, dans une super ambiance, avec un très bon personnel et un cadre magnifique, si après ca, on apprend que vous êtes encore tombés sur un restaurant italien pourri à Paris, c’est que vous l’avez fait exprès…

Alors à samedi Pink Mamma, cette fois-ci, ca sera un tête à tête avec ta barbaque, ne nous déçois pas !

Les Amoureux Voyageux

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply prosper 2 juillet 2017 at 8 h 06 min

    Superbe on a essayé samedi midi. Superbe cadre, belle ambiance, tbs plats, la verrière extraordinaire. Il faut y aller. E & C

  • Reply Sophie 25 juillet 2017 at 14 h 39 min

    J’ai trop hate d’aller essayer Pink Mama et encore plus après avoir lu votre article ! c’est prévu pour début aout 🙂
    A presto !
    Sophie

  • Laisser un commentaire