NOUVELLE ZELANDE

MILFORD SOUNDS ET SES RANDONNEES

17 juin 2016

Les Milford Sounds sont un ensemble de fjords situés à l’Ouest de l’île Sud et sont un lieu unique de la NZ. Ils sont plus accessibles financièrement et vis-à-vis des moyens de locomotion (les deux éléments sont en corrélation) que les Doubtful Sounds situés à quelques dizaines de kilomètres, mais accessibles seulement par la mer. Sur place, peu d’hébergements, la dernière vraie ville se situe à Te anau, à 118 kms. La route entre Te anau et milford est l’une des plus belles de NZ, et regorge de campings légaux (attention aux sand flyes dans cette zone, de vrais vampires), au prix de 6$ par personne et par nuit.

Lorsque vous vous enfoncerez dans la scenic road posée au milieu des montagnes entre Te Anau et Milford Sounds, vous serez impressionnés par la hauteur des pics autour de vous, ainsi que par les Keas, mi-perroquets mi-aigles, qui à force d’avoir été nourris par des touristes écervelés, viennent désormais attaquer les joints de vos voitures et se poser sur vos rétroviseurs sans aucune crainte.

Route allant de Te Anau à Milford Sound

Route allant de Te Anau à Milford Sound

Alors évidemment la croisière est un must do absolu à Milford, et nous vous invitons à lire notre article détaillé sur cette activité, mais ne commettez pas l’erreur d’un grand nombre de visiteurs de la région qui pensent qu’emprunter la route en voiture et compléter cette balade par une croisière sont des activités suffisantes pour tout découvrir. C’est dans cette zone que certaines des plus belles marches courtes et longues de l’île Sud sont regroupées, il serait bête de passer à côté sans y consacrer quelques heures.

La région des Milfords dans son ensemble, pour la croisiere, la route et les marches, pourrait être l’un de vos plus beaux souvenirs de la NZ, si le beau temps est au rdv (300 jours de pluie par an).

Les marches courtes, de quelques secondes à une vingtaine de minutes

Sur la route entre Te Anau et Milford, quelques arrêts sont des points photos plus que de vraies marches, puisque votre arrêt sur place variera entre 45 secondes et 15 minutes.

Parmi eux, le Mirror lake (3 minutes) offre de superbes reflets des montagnes par temps calme et vent nul, combinaison qui dans la région, n’est pas si commune, nous n’avions lors de nos deux passages, pas eu la chance de voir les reflets.

Pas de conditions météo necessaires par contre pour aller observer the Chasm (15 mns), petites chutes d’eau, impressionnantes de débit et de couleurs, surtout lorsque vous les apercevez depuis un petit pont situé juste au dessus du torrent. Les cavités arrondies formées dans les pierres par la puissance de l’eau sembleraient presque taillées par l’homme, et pourtant, la beauté du lieu ne doit rien à personne, si ce n’est à la nature.

Deux arrêts minutes sont aussi possibles de chaque côté de l’étroit tunnel à traverser pour rejoindre les Sounds, afin d’observer les superbes panoramas et les narquois keas. Au risque de paraître répétitifs, c’est tentant, c’est plus facile pour prendre des photos, mais ne nourrissez pas les oiseaux ou tout autre animal sauvage que vous rencontrez, vous serez les responsables sur le court à moyen terme de la disparition de ces espèces, domestiquées ou contaminées par la main de l’homme.

Hormis ces découvertes qui ne demanderont aucun effort ou presque, promenez vous autour du point de départ des bateaux vers les Sounds, la Milford Foreshore walk (30 mns) offre de superbes vues sur les fjords, un petit apercu de la croisière en bateau pour ceux qui auraient le mal de mer.

Milford Foreshore walk

Milford Foreshore walk

Les marches de plusieurs heures

La Key Summit Track, la nature dans tous ses états

La Key Summit track, longue d’environ 3h (3,4 kms), est en réalité le début de la Routeburn Track (Great Walk longue de 32 kms), et serait l’un des plus beaux passages de la Routeburn. En effectuant la key summit, vous coupez donc la poire en deux en découvrant une partie de la Routeburn sans pour autant vous engager sur plusieurs jours de marche. Cette marche n’est pas facile, mais n’est pas inaccessible, la montée constante aura tendance à vous chatouiller les mollets, mais une fois le premier palier atteint, ce qui coïncidera avec la fin de la marche en forêt et la découverte de l’horizon, vous penserez plus à vos photos qu’à l’état de vos jambes, on parie ?

Car la partie suivante est totalement à découvert, de longs lacets vous hissent au sommet de la colline d’où vous observez l’immensité des montagnes qui vous entourent, mais devinez quoi ? Le plus beau reste à venir.

La troisième partie de la marche vous fait découvrir un spectacle que nous n’avions jamais vu auparavant. Une bio diversité unique s’est créée au sommet de certaines collines années après années, et vous allez pouvoir vous balader pendant plusieurs minutes au cœur de cet environnement, en découvrant grâce à un petit guide fourni au sommet (merci de le remettre à sa place pour les autres………) tous les particularismes de cet endroit. Les wetlands, de grandes mares entourées de verdure, de mousse et de champignons, retiennent notre attention, ce contraste entre l’eau, le vert puissant des herbes et les montagnes blanches à l’horizon est tout simplement ahurissant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous passons de longues minutes sur place, à immortaliser cette découverte, et puis c’est aussi l’occasion de photographier les T-shirts du site, que nous avons commandé avant notre voyage, et forcément avec un tel décor le résultat est plutôt cool. 

Une marche à faire sans hésitation, à la seule condition d’un temps dégagé, sans quoi l’horizon sera gris, gris, et encore gris.

Oh le joli Tshirt...

Oh le joli Tshirt…

Marian Lake track, l’eau de là haut

C’est pendant notre périple au cœur de la Key summit track, que nous apercevons au loin, un lac coincé entre deux montagnes, la carte présente au sommet indique le Marian Lake, de loin l’endroit parait plus que sympa, nous sommes obligés de nous renseigner sur une éventuelle marche qui mène jusqu’au Lake.

La marche est annoncée comme difficile, et assez longue, nous venons de terminer la Key Summit, il est environ midi, nous n’avons rien de prévu avant le lendemain, il ne nous faut pas 15 minutes pour faire notre choix, et une fois notre lunch englouti, nous voici repartis à l’assaut du Lake Marian.

Le début du parcours est facile, nous traversons un pont puis longeons un court d’eau qui se transforme en puissant torrent par endroits, avant de découvrir ce qui nous attend réellement pour les quelques heures à venir.

La track est clairement tracée, mais pas vraiment entretenue, le mélange caillasses-morceaux de bois-boue avec des montées aux pourcentages forts n’est pas toujours agréable, et le parcours nous semble parfois interminable, incomparable avec le panorama de Key Summit, ici rien à voir, à part des arbres…

Vous le remarquerez durant tous vos voyages, il y a deux types de marches, celles où vous marchez pendant des heures en voyant des choses, et celles où vous marchez des heures sans rien voir jusqu’à ce presque caricatural « Ouawouuuuuh ».  Les deux types de marches sont différentes, et le second type représente la frustration extrême quand au bout d’interminables heures de marches, le « Ouawouuuuuh » n’est pas au RDV, on vous en parlera pour le Tongariro Alpine Crossing.

Heureusement pour nous, et alors que nous courrons presque après avoir entrevu un mini morceau du lac entre les arbres, Marian Lake track respecte avec brio l’effet de surprise, et nous sommes scotchés par le paysage qui s’ouvre devant nos yeux.

Marian Lake

Marian Lake

Le plus impressionnant c’est peut être que nous sommes les uniques témoins du spectacle. Un lac, d’un bleu vert, semble faire le raccord parfait entre deux immenses montagnes. Au loin, la neige blanche nous fait presque mal aux yeux à cause du soleil qui vient frapper les montagnes, on hésite vraiment à aller se baigner, mais la température de l’eau nous ramène gentiment à la réalité de la NZ, même si y faire un saut ne nous aurait pas tué.

Le problème avec ce type de marche, peu interessante pendant le tracé, et qui en plus repasse par le même chemin au retour, c’est que vous n’avez pas vraiment envie de rentrer une fois le secret découvert… nous y restons de longs instants, photos avec trépied obligées puisque personne ne peut nous prendre, nous venons juste de trouver une piscine et deux montagnes privées, que demander de plus ?

L’un de nos trop nombreux coups de cœurs NZ !

Gertrude Saddle, l’inaccessible lady

Plus de 6h de marche pour 3,5 kms, une vraie ascension, et forcément une recompense à la hauteur des efforts avec des vues sur toute la region à l’horizon. Oui mais voilà, qui dit ascension dit conditions optimales, physiques d’abord, et climatiques ensuite.

Et nous avons compris en grimpant Sealy Tarns, que notre condition, ou plutôt celle de Monsieur, n’était plus celle d’antan, et que toute marche supérieure à 5-6h serait délicate.

Mais bon, rêveurs, nous souhaitions malgré tout tenter Gertrude Saddle, pour ne pas avoir de regrets.

En arrivant au centre d’informations, et face à une personne peu avenante (si rare en NZ que nous étions forcés de le préciser), nous passons pour deux enfants lorsque nous demandons si la marche de Gertrude Saddle est accessible à cette période de l’année. Pour seule réponse, la petite femme aigrie dirige son index vers une photo d’un chemin complètement enneigé, nous devinons que cette photo doit être prise recemment sur le chemin de Gertrude Saddle, et que nous ne pouvons donc pas y accéder au moment où nous sommes sur place, nous faisons le boulot pour la muette, pas de Gertrude Saddle donc, en tout cas Madame, merci pour rien !

Une heure plus tard nous repassons pour poser la même question à une autre employéé du DOC, beaucoup plus gentille, qui confirme que la piste est complêtement enneigée, qu’il faudrait tenter l’ascension avec un équipement spécialisé en marche alpine, et pas des chaussures de running et une doudoune fine…

Sachez donc que cette marche est très sensible aux conditions climatiques, qu’il vous faudra être équipés et préparés avant de tenter l’ascension, et qu’une expérience similaire serait fortement conseillée pour être capable de répondre aux événements  parfois incertains en altitude.

Cette marche n’est pas comparable aux marches de 3 à 6h sur d’autres terrains et doit être prise au serieux, nous le saurons pour la prochaine fois et nous viendrons mieux préparés et surtout plus près de la saison d’été.

La Milford Track, business is business…

Le business des Great Walks en NZ est une poule aux œufs d’or, des circuits aménagés de façon à ce qu’ils soient accessibles à tous, ce qui offre forcément plus de possibilités de revenus, surtout quand les refuges sont payants, à des prix parfois exagérés.

Attention, nous ne blâmons pas cette monétisation des beautés naturelles du pays, car nous n’avons pas d’informations sur les différentes répartitions faites des revenus liés aux great walks, nous espérons en tout cas que cet argent est réutilisé pour maintenir les NP et les différentes merveilles naturelles du pays.

Mais ce business a comme pour toute activité commerciale, des contrecoups, qui peuvent être résumés par le seul exemple de la Milford Track.

La Milford Track, commençant au lac Te anau (enfin pas exactement, il vous faut prendre un bateau depuis Te Anau, on va y revenir), et finissant à Sandfly Point, longue de 53,5 kms (4 jours) fait partie de l’une des neufs Great Walks de la NZ. Elle est ouverte toute l’année, mais seulement les randonneurs expérimentés pourront l’emprunter durant l’hiver! En revanche, il est primordial de réserver son refuge pour la saison allant d’Octobre à Avril. Pour vous dire, nous voulions réserver au mois de septembre pour le mois de décembre, et tout était complet !

Nous nous y sommes effectivement pris tard, mais nous n’avions pas choisir de partir en NZ un an en avance, et le délai à prévoir pour réserver se rapproche souvent de ces 12 mois pour une marche comme la Milford Track.

Alors, pourquoi une telle popularité ? Tout simplement parce Milford serait la plus belle des great walks, the greatest great walk, la classe!

Comme nous n’avons pas eu la chance de la faire, nous ne saurons vous donner notre avis sur cette marche. Cependant, vouloir effectuer cette marche en couple par exemple, représente un vrai budget, dont voici le détail, attention les tarifs sont différents suivant que vous soyez en haute ou en basse saison, mais en basse saison, il vous faudra du métier et beaucoup d’équipement.

En haute saison (de fin Octobre à fin Avril) :

La marche dure environ 4 jours, et vous séjournerez dans 3 huts différentes, qui vous coûteront 54$ par personne et par hut, le camping n’étant pas autorisé sur la Milford Track (tiens tiens…), il vous faudra donc débourser 162$ par personne pour pouvoir dormir pendant votre track.

Le début de la Milford Track n’est accessible qu’en bateau depuis Te Anau et le prix du bateau n’est évidemment pas gratuit, comptez environ 85$ par personne

Lorsque vous terminez la Milford Track, vous devrez rejoindre Milford Sounds en bateau, pour 47$ par personne, puis un bus depuis Milford Sounds jusque Te Anau (45$) ou Queenstown (90$).

Au total, sans compter le budget équipement (chaussures de rando, sac à dos, nourriture, vetements chauds et/ou imperméables…), découvrir et parcourir la Milford Track vous coutera, tout inclus, une coquette somme comprise entre 335 et 380$ par personne… Est ce une somme justifiée par la beauté du paysage ? La question reste ouverte, si vous avez un avis nous serions heureux de le lire!

En basse saison (De fin Avril à fin Octobre) : 

Les prix des huts sont considérablement réduits, comptez 15$ par personne et par nuit, tandis que les transports sont légerement moins chers.

Si la saison est dite basse, c’est parce que c’est l’hiver en NZ, que les températures sont très froides, et qu’il faut être conscient de la condition physique et de la préparation nécessaire à une telle marche, aussi parfaitement aménagée soit elle, lorsqu’elle est tentée en plein hiver. Si les amateurs de rando extrême seront ravis, nous avons un doute pour des randonneurs amateurs, qui veulent des vues et un peu de soleil.

Milford Track

Milford Track, photo de NewZealand.com

En conclusion, et si comme nous vous souhaitez voir le plus beau d’un pays lorsque vous le visitez, alors vous ne pourrez pas faire l’impasse sur la région de Milford Sounds, avec au programme une balade en bateau pour se sentir minuscule au milieu des Fjords, et plusieurs marches pour s’ébahir devant la beauté de la nature.

Allouer une journée pour la croisière le matin, puis une marche de quelques heures l’après midi (Key Summit ou Marian Lake), puis une seconde journée pour les petits spots sur la route et à nouveau une belle marche (celle des deux que vous n’aurez pas fait la veille).

Si vous en avez le temps et le budget, foncez vers la Milford Track, pensez évidemment à réserver très longtemps à l’avance, ne comptez pas sur un désistement, ils sont très rares.

Enfin, pour ceux qui voudraient faire une marche longue sans payer, optez pour Gertrude Saddle, mais soyez préparez, c’est une marche compliquée.

L’aventure continue,

Les Amoureux Voyageux.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply prosper 20 juin 2016 at 19 h 48 min

    superbes photos et récit comme dab.

  • Laisser un commentaire