Fiumicelli, la randonnée des cascades de Purcaraccia, les aiguilles de Bavella et Zonza

Après avoir randonné la veille au lac de Melo, nous avions hâte d’entamer la randonnée vers les Cascades de Purcaraccia, nichées au cœur du massif de Bavella. Juste avant de découvrir les cascades de Purcaraccia et les aiguilles de Bavella, nous sommes allés découvrir un endroit original à Pietrapola, puis une piscine naturelle très peu connue du côté de Fiumicelli.

L’eau soufrée à 55° de Pietrapola

Pour atteindre le petit bassin de Pietrapola, il faut vous garer sur le parking en terre à droite quand vous entrez à Pietrapola, traverser la route et suivre un escalier qui descend, qui vous mènera directement à la petite baignoire d’eau soufrée. Si vous continuez quelques mètres vous trouverez la rivière, baladez vous le long de la rive à la recherche de petits spots sympas.

Notre hôte le 1er soir nous a dit que l’idée est de se plonger dans l’eau soufrée à 55° puis d’aller se baigner dans la rivière, cela aurait des effets très bénéfiques pour la santé.

Nous n’avons pas franchi ce pas, mais si vous en avez l’envie, c’est une expérience à tenter. Nous avons préféré prendre la route pour découvrir la piscine naturelle de Fiumicelli.

Sur la route de Pietrapola à Purcaraccia, il y a plusieurs spots pour vous baigner dans des piscines naturelles d’eau vive aux environs de Gaglioli. Nous avons choisi de ne pas nous arrêter aux premières, trop proches des campings et peut être trop connues (U Rosumarinu, U Ponte Grossu) mais nous avons voulu découvrir celles du pont de Fiumicelli, et nous avons trouvé un super endroit, on vous le conseille !

Les piscines naturelles de Fiumicelli, la très belle surprise

Pour rejoindre ces piscines naturelles, voici la marche à suivre. Cherchez le pont de Fiumicelli sur votre GPS. Juste avant le pont, il y a parking en terre, vous pouvez vous garer sur place, ou sur le bord de la route après le pont si le parking est plein.

Une fois garés, vous devez remonter la rivière sous le pont, si vous êtes au parking vous devez donc traverser la petite route pour remonter vers les piscines. Pour atteindre les piscines, on vous conseille plutôt le chemin sur la rive de gauche dans le sens de la remontée, plus simple. Vous pouvez aussi prendre la rive de droite, mais il y a des ronces et des montées descentes. Enfin, et c’est amusant si vous n’avez pas peur de vous mouiller, vous pouvez également remonter la rivière avec les pieds dans l’eau jusqu’à atteindre les piscines.

Il faut marcher entre 10 et 15 minutes pour atteindre les premières piscines, qui sont déjà magnifiques. Attention si vous voulez plonger depuis les rochers, Jérémy a voulu le faire mais il a glissé plusieurs fois et s’est légèrement ouvert le pied juste avant la rando de l’après midi…

D’après un corse rencontré plus tard dans la journée, vous pouvez continuer à marcher après les premières piscines et en trouver d’autres encore plus jolies, nous n’avons pas essayé car nous manquions de temps. Franchement les premières suffisent et sont à seulement 15 minutes du parking, n’hésitez pas une seule seconde !

Les cascades de Purcaraccia : des beautés qui se méritent

Les cascades de Purcaraccia, c’est peut être l’une des plus belles beautés naturelles de Corse. Des piscines d’eau vive, sous la forme de plusieurs vasques, au milieu des roches, avec des chutes d’eaux et des toboggans naturels. Ca te dit rien comme ca ? Alors lis la suite, tu vas voir !

Le départ de la randonnée vers les cascades se trouve à environ 1h30 de Porto Vecchio, et à 1h de Pietrapola, c’est donc un détour qui ne vous coûtera que quelques heures de route si vous êtes venus pour découvrir les plages du Sud de l’île, n’hésitez pas.

Comme parfois en Corse, on dirait presque que, volontairement peu de panneaux indiquent les cascades de Purcaraccia, comme pour les préserver, garder le secret. La réalité est quand même toute autre, le spot est désormais archi connu, et les indications pour se garer se trouvent en quelques minutes sur internet, le secret n’est plus un secret.

Pour partir sur le sentier de randonnée, il faut vous garer au parking de Lerone, dans ce grand virage en épingle. Si vous ne trouvez pas de place, comme cela fut le cas pour nous, un très grand parking se trouve à une centaine de mètre plus haut dans les virages, vous ne pourrez pas le louper.

Dans le virage de Lerone donc, sans que cela soit indiqué, vous trouverez facilement un chemin en terre, au pire suivez le flux et vous tomberez dessus sans problème.

Vous vous engagez dans une marche qui va durer entre 45 minutes pour les meilleurs marcheurs, et 1h30 pour les petits rythmes, les gens avec des enfants, les amateurs de photos… 

Le début du chemin est pour un profil classique avec un chemin de terre et quelques cailloux. Cette première partie est riche de vues sur l’horizon et sur les impressionnantes aiguilles de Bavella.

Dans un deuxième temps, vous allez vous engager sur des chemins un peu plus alambiqués, en escaladant dans les rochers, avec parfois des vides de plusieurs mètres sur les cotés, pas rassurant, notamment si vous avez le vertige. Assurez tranquillement vos pas sans vous précipiter. 

Dans un dernier temps, vous serez sur de la montée pure, soit au milieu d’un petit bois si vous avez pris un chemin, soit comme nous sur une espèce de flanc de falaise sablonneux dont on se serait bien passés de faire l’ascension honnêtement, mais comme beaucoup de gens nous nous sommes un peu perdus.

Car la vraie difficulté pour la randonnée de Purcaraccia, c’est l’orientation. Il y’a bien à partir d’un certain point des indications de couleurs sur les rochers etc, sauf qu’il y en a plusieurs, souvent de deux côtés opposés, surtout vers la fin, et c’est là que nous avons fait une erreur notamment.

Sans en être certains, il semblerait que le chemin le plus simple, soit celui qui consiste à toujours rester en hauteur de la rivière sur sa rive droite, sans trop descendre vers la rivière, puis une fois arrivés au niveau d’une petite cascade (qui n’est pas votre point d’arrivée), traversez la rivière, et suivez les couleurs à partir de cette traversée de la rivière et ce jusqu’en haut, vous allez passer dans une petite forêt, qui vous mènera jusqu’en haut, aux cascades.

Dans tous les cas, prenez maps me avec vous, téléchargez la carte de la Corse hors ligne, et ne vous énervez pas si vous vous perdez, retrouvez les couleurs quand elles seront présentes (pas au début), demandez aux gens qui descendent, suivez les autres (même si c’est à double tranchant, ils ne savent pas forcément mieux que vous…)

Tentant de sauter en arrivant aux cascades, mais patience !

Quand vous arriverez, enfin, aux cascades, vous débarquerez à la première, vous aurez envie de vous baigner, on sait, mais laissez la pour l’instant, traversez pour atteindre l’autre rive, attention, la chute d’eau à votre droite c’est un trou béant de plusieurs dizaines de mètres, juste pour info.

Depuis l’autre rive, vous allez pouvoir grimper, jusqu’à la 2eme, puis la 3eme, la 4eme et même jusqu’aux dernières vasques tout en haut, ou il y a aussi une petite cascade. Sur place, il y aura beaucoup moins de monde alors que c’est tout aussi sympa.

Vous pouvez vous baigner, profiter des toboggans naturels, et même, si vous en avez le courage, suivre les toboggans pour descendre de tout en haut jusque tout en bas, par toutes les vasques. Nous avons vu plusieurs personnes le faire, il y a quand même quelques toboggans impressionnants, analysez le parcours en montant pour éviter des mauvaises surprises car impossible de faire marche arrière dans certains vasques.

Sur place, nous avons eu du monde, surtout en bas, mais rien d’invivable. A partir de 16h30, les vasques étaient quasiment vides, nous en avons profité pour faire voler le drone et prendre un dernier bain avant de rentrer par le même chemin qu’à l’aller. 

Les cascades de Purcaraccia sont incroyables, privilégiez un départ tôt le matin pour pouvoir en profiter toute la journée, ou éventuellement un départ plutôt milieu d’après midi pour arriver et profiter de la cascade vide ou presque à partir de 16H30.

Des aiguilles de Bavella jusqu'à Zonza, routes instagrammables

En sortant de cette randonnée un peu épuisante, nous n’avions plus envie de faire de marche, et nous avons donc fait l’impasse sur une randonnée réputée, le trou de la bombe, dont le départ se trouve au niveau du col de Bavella.

Toutefois, et malgré que la route propose déjà de jolies photos à prendre, vous pouvez vous arrêter au col, marcher 5 minutes dans un petit parc, afin d’arriver à une vue parfaite sur les aiguilles de Bavella, n’hésitez pas.

Nous avons ensuite pris la route jusqu’à Zonza en direction de Porto Vecchio, ville d’arrivée de notre étape 2 du tour de Corse 2020.

Nous avions vu une photo sur internet de la ville de Zonza avec les aiguilles de Bavella en arrière plan qui était vraiment superbe, et on voulait évidemment la même. On avait vu d’ailleurs le même panorama ensuite chez Elisa & Max de BestJobers, ils expliquaient que le point de vue était difficile à trouver et que des locaux leur avaient donné l’astuce.

Un peu idiots, on s’était dit qu’on allait faire pareil, ne pas leur demander l’adresse, et se renseigner auprès de locaux sur où pouvait se trouver cet endroit…

Le gros caillou de Zonza, échec cuisant

Histoire vraie, nous sommes arrivés à Zonza à 19h, parfait pour attraper les couleurs du soleil couchant, nous avons demandé à 8 personnes du village, personne n’a su nous dire où était ce point de vue, nous avons pris la route plusieurs fois dans les deux sens, ainsi qu’une autre route au dessus de Zonza, ce qui n’avait aucun sens mais nous perdions patience. 

On aurait pu à nouveau les contacter par Instagram à 20h, après une heure d’échecs, mais c’est notre fierté qui a alors pris le dessus, on s’est dit si ils ont trouvé, on peut aussi, ca fait partie du jeu. On a pas trouvé, on a tourné tourné tourné, Claudia est partie s’aventurer dans la forêt, on a marché 20 mns, rien. 

Les gens sur place n’ont pas été très loquaces, « un montage » « ca n’existe pas » « il y a aussi des licornes pas loin », on été un peu déçus de se faire prendre pour des idiots…

A 21h05, on croise un couple, sans conviction on leur demande si la photo leur parle, et ils reconnaissent de suite « Le gros caillou », ils nous expliquent qu’il faut partir sur cette route que nous avons fait 3 fois, qu’après la fontaine il faut continuer en ouvrant bien les yeux, et que là sur notre droite, au milieu des herbes hautes se dressera un gros caillou, avec des palettes de bois, destinées à aider les gens à grimper dessus. ENFIN. On fonce, et on arrive à ce caillou.

Après la rando, on s’était mis en claquettes et short de sport, il fait désormais nuit ou presque, le soleil s’est couché, et quand on arrive au spot, plein de ronces et franchement pas si simple à grimper, on essaye de le grimper avec l’appareil photo, mais c’est assez haut pour nos courtes jambes, il n’y a plus de lumière, on laisse tomber…

On a passé 2h30 à chercher un endroit qui est en fait un énorme caillou qui permet de passer au dessus des feuilles pour apercevoir Zonza et les aiguilles derrière le village.

Si vous voulez faire la même expérience, vous pouvez, mais si vous voulez les coordonnées GPS exactes du point de vue, on rend à César ce qui lui appartient, vous les trouverez sur le site de Elisa & Max.

En conclusion, cette région est un must do pour nous, franchement magnifique avec des piscines naturelles, les cascades de Purcaraccia, Bavella et Zonza, vous pouvez y consacrer au minimum une journée, voir plus si vous le souhaitez.

L’aventure continue,

Claudia & Jérémy