Palombaggia, Santa Giulia, les plus belles plages de France ?

Les plus belles plages de Corse ? Les plus belles plages de France ? Les plus belles plages du monde ? 

Les superlatifs ne manquent pas pour évoquer Palombaggia, Santa Giulia et les plages de la côte de Porto Vecchio, et nous avions évidemment hâte de découvrir ces endroits qui sur les photos paraissent vraiment magnifiques.

Pour faire plus simple, nous avons choisi de faire le détail des 4 plages proches de Porto Vecchio que nous avons eu la possibilité de découvrir. On vous explique aussi où on s’est garés pour accéder aux plages.

Sachez que, si vous ne faites pas l’effort de trouver les parkings gratuits pour accéder à ces endroits, vous aurez vite fait de tomber sur des parkings payants. Pourtant, sauf peut être pour Santa Giulia, on y reviendra, les autres plages ont toutes des accès gratuits, il suffit de connaître les petites astuces pour pouvoir les trouver.

Notre descriptif des plages sera assez rapide car lorsque nous voyageons ensemble, on ne reste généralement pas très longtemps sur les plages à lézarder au soleil, on vient, on se balade 10-15 minutes, on prend des photos, on prend un bain d’une dizaine de minutes, et on repart. On ne sera clairement pas les mieux placés pour vous parler de l’ambiance sur place tout au long d’une journée, ou du prix des transats etc, au moins c’est dit !

Pour info, nous avons découvert Palombaggia – Tamaricciu & Rondinara dans la même journée, et Santa Giulia seule sur le début de matinée d’une autre journée.

Dernière chose avant de commencer cet article, si vous cherchez d’autres articles sur la Corse, vous pouvez cliquer ici et retrouver l’ensemble de nos articles sur les 12 jours passés sur cette île. 

Palombaggia, le titre de plus belle plage de France

Après la randonnée jusqu’au lac de Melo et la découverte des Cascades de Purcaraccia, la barre était haute et nous avons choisi de rejoindre la plus la plus connue de Corse, Palombaggia, à 15 minutes environ de Porto Vecchio, avec une arrivée sur place à 9h.

Pour se garer, vous verrez d’abord des panneaux de parkings payants en arrivant sur la seule route vers la plage. Ignorez les, et allez jusqu’au bout de la route, où vous trouverez un parking totalement gratuit, et très proche de l’un des accès de la plage. 

Les coordonnées GPS de ce grand parking public gratuit sont les suivantes : 41.560112, 9.336492

En arrivant, nous avons cherché l’arbre que nous avions vu sur beaucoup de photos, mais il s’est avéré que celui se trouvait à la plage de Tamaricciu. 

Nous sommes d’abord allés sur les rochers tout à gauche de la plage, puis nous sommes allés au centre de la plage niveau des rochers juste à côté d’une paillotte, lesquels rochers séparent les deux grandes étendues de sable d’une jolie manière, avec ici aussi un joli petit arbre à prendre en photo (rien à voir avec celui de Tamaricciu).

L’eau sur place est effectivement folle de clarté et de beauté, on a rarement vu aussi claire en France, sauf peut être dans les calanques en début de journée.

Nous avons droné un peu, plongé quelques minutes pour profiter de cette eau, et avons quitté rapidement autour de 11h car la plage se remplissait, entre paillottes et transats.

Tamaricciu, l’arbre photogénique s’en est allé

Après avoir découvert Palombaggia, et parce que nous voulions voir cet arbre si photogénique, nous avons repris la voiture pour parcourir 2 kms et accéder au chemin vers Tamaricciu.

L’accès à cette plage se fait par une courte marche accessible à tous, qui se résume à quelques escaliers et dure environ 5 mns. Pour accéder à ce chemin, n’allez pas vers les parkings payants en suivant les panneaux, mais garez vous tout simplement sur les places gratuites prévues à cet effet sur le côté de la route. Ne vous garez pas ailleurs si vous voulez éviter une amende quelconque.

Voici les coordonnées du chemin d’accès que nous avons pris et qui nous a permis de rejoindre la côté gauche de la plage en quelques minutes de marche en claquettes : 41°33’09.9″N 9°18’45.6″E

En arrivant à la plage, nous avons découvert que le bel arbre avait été coupé car trop ancien, et qu’il n’existait plus, coup dur, au-delà de la photo c’était l’un des rares arbres qui avait réussi à vivre si proche de l’océan, et nous étions curieux de le voir.

A gauche de cet endroit avec la souche de l’arbre encore présente, une petite crique, avec pas mal de méduses dans l’eau, et encore plus loin à gauche, la fin de la plage de Palombaggia, ce qui signifie que vous pouvez rejoindre Tamaricciu depuis Palombaggia à pied si vous le souhaitez.

A droite de la souche de l’arbre, la plage principale, là où nous étions arrivés 5 minutes plus tôt, avec moins de largeur de plage, et pas mal de monde. L’eau y était claire, mais moins parfaite qu’à Palombaggia. Vers la souche de l’arbre, dans l’eau côté droit, il y a pas mal de rochers et d’algues et donc quelques poissons à observer.

A choisir, Palombaggia est au dessus, mais découvrir les 2 n’est pas un problème, au contraire.

Rondinara, originale et un peu plus calme

Il nous est compliqué de comparer les affluences des différentes plages, tout simplement car en les découvrant au long d’une même journée, ce serait comparer des contextes différents.

Toutefois, et à condition d’accéder à Rondinara par le parking gratuit, nous avons vraiment été tranquilles à Rondinara et on a trouvé qu’il y avait peu de monde, la plage est peut être un peu moins populaire que Palombaggia, Tamaricciu ou Santa Giulia.

Pour accéder au parking, il vous suffit de prendre la direction de Rondinara, puis, à quelques centaines de mètres avant d’arriver au parking payant, qui correspond à la fin de la route, ouvrez bien l’œil pour vous diriger vers le parking gratuit.

A un moment, la route va se diviser en deux, avec à droite, la route vers l’accès normal à la plage et le parking payant, et avec tout droit une route, dont l’entrée est délimitée par deux poteaux en briques, qui semblent marquer l’entrée d’une résidence, assez trompeur, mais ce n’est pas le cas, cette route est bien publique, avec un parking gratuit et un accès en 5 minutes au côté gauche de la plage.

Prenez tout droit, un premier parking gratuit se trouve sur votre gauche. Continuez jusqu’au bout de l’impasse, et au bout, juste avant une résidence fermée, vous aurez à nouveau quelques places où vous garer. 

Pour le chemin jusqu’à la plage, rejoignez la résidence, et sur la droite il y aura un petit chemin, empruntez le et vous descendrez sur la plage.

Voici les coordonnées GPS du parking gratuit et du chemin vers la plage de Rondinara : 41.473227, 9.268851

Cet accès à la plage est top, car il donne accès à une portion de plage sans personne ou presque. Défaut toutefois, lors de notre passage il y avait une odeur un peu étrange, comme d’eaux d’égouts, surtout vers l’espèce de rivière en descendant.

Nous avons pris quelques mètres de décalage pour éviter cette odeur.

La plage est sympa, la vue en drone impressionnante, et nous avons beaucoup aimé nous y baigner. 

Faire ce petit détour quand vous roulerez en direction de Bonifacio par exemple ou après avoir découvert les autres plages de Porto Vecchio ne vous coûtera rien et vous permettra de voir un autre profil de plage, n’hésitez pas.

Santa Giulia, loin du ponton, la beauté

Si pour les 3 premières plages, se garer gratuitement est possible quand vous avez les bons endroits, il semblerait qu’à Santa Giulia le cas soit un peu différent, même si vous avons réussi à ne pas payer de parking sur place. Sur place, il y a un parking officiel, avec une personne dans sa petite cahute, une vraie barrière automatique, et un aspect officiel indéniable. Le coût du parking est de 5€, comme pour les 3 autres plages d’ailleurs si vous y payez votre stationnement. 

Juste à côté de ce parking officiel au bout de la route vers Santa Giulia, il y a un autre parking, un terrain qui semble public et accessible à tous pour se garer gratuitement, sauf que voilà, à l’entrée de ce terrain, à 8h15 à notre arrivée, se dresse une petite barrière, et un gars sur sa chaise en plastique, qui vous prendra le même tarif, mais avec un aspect beaucoup moins officiel il faut le dire.

Avant d’arriver à ces deux parkings, à droite quand vous roulez vers Santa Giulia, se trouve un autre parking, on vous en met les coordonnées GPS juste ici : 41.533262, 9.270622. Il est propre, on s’y gare facilement, et quand nous sommes arrivés à 8h15, personne ne nous a rien dit.

Pourtant, en repartant à 9h, on a regardé un peu plus l’entrée, il y avait également une chaise en plastique et un endroit à l’ombre, comme pour attendre un officieux qui ferait payer le parking aux gens. 2 minutes après être entrés dans la voiture pour partir, devinez quoi ? On voyait débarquer un homme, qui arrêtait les voitures à l’entrée de notre parking pour leur expliquer que le stationnement était payant à 5€. Nous avons attendu qu’il s’éloigne pour quitter le parking, nous avions terminé, rien n’était écrit, il était seulement 9h, on estime avoir été dans notre bon droit, et on se demande quand même si ils le sont…

Mais assez parlé de parking, cette plage, elle est comment ? 

Elle est notamment réputée pour deux choses, son ponton et ses rochers originaux qui lui donnent un faux air de plage des seychelles, si si des seychelles.

Franchement, en arrivant on a pas eu de coup de cœur, les pontons, les transats, les bateaux un peu partout, et puis un ciel un peu plus gris que d’habitude, c’était le combo parfait pour être un peu déçus.

En nous dirigeant vers la gauche de la plage, nous avons toutefois trouvé cette zone entre les deux grandes plages un peu trop grandes et impersonnelles à notre goût, avec deux petites criques et les superbes rochers caractéristiques de Santa Giulia, et là on a beaucoup plus aimé qu’à notre arrivée quelques minutes plus tôt.

Quand le soleil s’est levé, on a vu toute la beauté de l’eau et des rochers, on a presque oublié les côtés un peu négatifs et on s’est assis puis baignés rapidement dans notre mini crique privée, avant de repartir.

Il y a 2 ou 3 mini criques, autant vous dire que pour les avoir il vous faudra venir tôt, mais ca vaut le coup car ca fera vraiment la différence à notre sens, car si l’eau est très belle, la plage en elle-même nous a semblé un peu surfaite, même si les mini criques ont vite rattrapé la chose.

Une infinité de plages différentes autour de Porto Vecchio pour combler vos attentes et vos besoins

Nous avons visité ces 4 plages, mais il en existe plusieurs autres sur la côte de Porto Vecchio, comme notamment celle de Cala Rossa où nous sommes allés faire un tour le soir, jolie avec les couleurs mais peut être plus ordinaire en pleine journée. 

A vous de chercher plus loin que ces 4 très connues si vous voulez trouver d’autres spots plus secrets, mais Palombaggia et Santa Giulia sont à voir, on vous recommande de voir au moins ces 4 là, puis d’aller en voir d’autres si vous avez le temps. Nous ne l’avons pas fait, car après 4 plages, on a quand même un peu l’impression que toutes se ressemblent un peu, et on passe à une autre activité, pas vous ?

L’aventure continue,

Claudia & Jeremy